Vendredi 6 décembre 2019 | Dernière mise à jour 18:19

Pologne La visite de Polanski à Lodz fait polémique

Le réalisateur doit venir présenter son dernier film «J'accuse» à l'école de cinéma de Lodz. Une pétition lancée sur la Toile veut annuler sa venue.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une pétition lancée sur internet visant l'annulation d'une visite de Roman Polanski à la célèbre école de cinéma de Lodz (centre) dont il est un ancien étudiant, après les nouvelles accusations de viol contre lui, a été rejetée par la direction de cet établissement comme «inappropriée».

«Nous, les soussignés étudiants, employés et anciens étudiants de l'École de cinéma de Lodz, nous réclamons l'annulation d'une rencontre avec Roman Polanski prévue samedi à l'école», déclare une pétition lancée sur internet et signée jeudi matin par 116 personnes.

Roman Polanski doit se rendre à Lodz pour le festival Cinergia où il doit présenter son dernier film «J'accuse».

«Ce n'est pas à nous de juger si les accusations sont vraies ou non. Nous considérons en même temps que le poids de ces accusations fait que la rencontre avec M. Polanski sur le terrain de l'école serait un manque de respect envers toutes les personnes qui ont été victimes de comportements violents. De telles personnes sont également parmi nous, font partie de la communauté de notre école. Nous exigeons qu'il n'y ait pas d'exception à ces règles», ont écrit les auteurs de cette pétition.

L'AFP n'a pu joindre jeudi matin les auteurs de cette initiative.

«L'école de cinéma tout comme tout autre établissement d'éducation devrait être un endroit où les comportements sexuels violents doivent être condamnés. M. Polanski est accusé d'au moins cinq comportements de ce genre. La plus jeune des victimes était âgée de dix ans», dit encore ce texte.

Mis en cause dans une nouvelle affaire

Le recteur de l'école de cinéma a réagi sur Facebook aux «signaux (pour l'instant non officiels) au sujet de ces controverses».

Selon le professeur Mariusz Grzegorzek, «la vie humaine est un phénomène complexe et vibrant, qui requiert discernement et respect. Nous, les artistes, devrions le comprendre tout particulièrement. Ce n'est pas à nous de rendre des verdicts dans des affaires aussi ambiguës et complexes que les allégations contre Roman Polanski», a écrit le recteur.

«Je préfère inviter une partie des étudiants et des employés intéressés (je rappelle ici que cette rencontre n'est pas publique) à discuter avec un artiste merveilleux et expérimenté, un homme sage, disposé à une conversation approfondie», a-t-il dit.

Toujours poursuivi par la justice américaine pour des relations sexuelles illégales avec une fille de 13 ans il y a 40 ans, accusé de viol ou d'agression à quatre reprises par d'autres femmes, Polanski a été récemment mis en cause par une photographe française, Valentine Monnier, qui affirme avoir été «rouée de coups» et violée par le réalisateur en 1975, alors qu'elle avait 18 ans.

Polanski a contesté cette accusation. (afp/nxp)

Créé: 28.11.2019, 11h16

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.