Dimanche 22 septembre 2019 | Dernière mise à jour 15:57

Cinéma Xavier Dolan en mode intimiste à Cannes

Très ému, le cinéaste québécois a fait son retour sur la Croisette mercredi avec son nouveau film «Matthias et Maxime».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C'est en larmes que Xavier Dolan a fait son retour à Cannes mercredi, avec «Matthias et Maxime», un film de potes assumé dans lequel il joue, parle d'amour et d'amitié, en se faisant moins abrasif que par le passé.

Un extrait du film «Matthias et Maxime»

«Je suis né ici»

Habitué de la Croisette depuis ses débuts, le benjamin de la compétition (il vient tout juste d'avoir 30 ans) est pour la troisième fois en lice pour la Palme d'or, après «Mommy» (prix du jury en 2014) et «Juste la fin du monde» (Grand Prix du jury en 2016).

«Je suis né ici, elle est familiale cette relation (à Cannes)», a-t-il déclaré avant de monter les marches avec son équipe. Il a été longuement ovationné après la projection de son film, ce qui lui a arraché des larmes.

Après l'accueil mitigé de son film américain «Ma vie avec John F.Donovan», le prodige québécois a opté pour un film plus intimiste, ancré au Québec, sur un groupe d'amis. Comme pour «Tom a la ferme», il est derrière et devant la caméra, jouant le rôle de Maxime, un jeune homme aux relations conflictuelles avec sa mère qui part s'installer en Australie. Construit comme un compte à rebours sur quelques jours, le film traite d«amour, d'ambiguïté, de quête de soi, de trouver sa place», a souligné Dolan.

Oeuvre chorale

Un baiser échangé, pour les besoins d'un film amateur, avec son ami d'enfance Matthias (Gabriel D'Almeida Freitas), va changer la donne et modifier leurs relations.

OEuvre chorale, le huitième film de Xavier Dolan reprend des thèmes chers au jeune cinéaste (relations à la mère, questionnement sexuel) mais se démarque par une forme moins ampoulée (le film a été tourné en partie à l'épaule). Exit les ralentis, l'esthétique pop ou l'usage de la musique devenue une de ses marques de fabrique.

Moins baroque que ses précédentes réalisations, le film est l'occasion de revoir des acteurs chers à Dolan, comme Anne Dorval, la mère de «Mommy», et d'en découvrir de nouveaux.

(afp/nxp)

Créé: 22.05.2019, 21h37

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.