Lundi 14 octobre 2019 | Dernière mise à jour 03:23

France Deux manuscrits de Souchon aux enchères

Des dizaines d'oeuvres, dont des textes de la main du chanteur français, ont été vendues. Le bénéfice aidera à remettre la cathédrale Notre-Dame sur pied.

C'est au Château de Chambord que la vente aux enchères a eu lieu.

C'est au Château de Chambord que la vente aux enchères a eu lieu. Image: AFP

Galerie photo

Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes

Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes Un immense incendie a embrasé l'emblématique cathédrale parisienne.Les dégâts sont considérables et les pertes inestimables.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quarante-deux œuvres d'art, dont deux manuscrits d'Alain Souchon, ont été vendues aux enchères dimanche au Château de Chambord au bénéfice de la cathédrale Notre-Dame de Paris. La vente a rapporté au total plus de 43'000 euros (47'000 francs), a constaté une journaliste.

Les deux textes manuscrits d'Alain Souchon, le premier de «Foule sentimentale», sorti en 1993, et le second d'«Allô maman, bobo» (1977), ont été adjugés 2200 euros. Un tableau du peintre tourangeau Grégory Cortecero, «Sur le chemin de la reconstruction», a pour sa part atteint la somme de 2600 euros (2850 francs).

Au total, 21'690 euros (23'800 francs) ont été récoltés lors de cette vente, qui a attiré quelque 500 personnes. Ce montant a été abondé à même hauteur par le Conseil départemental du Loir-et-Cher. Les œuvres avaient été offertes par une trentaine d'artistes du Val-de-Loire.

Un évangéliaire

Le produit de la vente aux enchères doit être reversé au sculpteur et orfèvre d'origine géorgienne Goudji, qui possède un atelier près de Vendôme. Celui-ci devra «réaliser l'évangéliaire de Notre-Dame de Paris, une couverture dans laquelle on pose le livre liturgique du christianisme qui contient la totalité ou une partie des Evangiles lus lors des célébrations», a précisé le commissaire-priseur Aymeric Rouillac.

«Nous ne nous attendions pas à un tel succès», a reconnu Nicolas Perruchot, président du Conseil départemental. «De tout temps des artistes du Val-de-Loire ont réalisé des œuvres pour Notre-Dame de Paris. Nous sommes dans la continuité. Plutôt que de faire un chèque, nous voulions offrir un objet cultuel qui restera et sera visible lors de tous les offices», a-t-il ajouté. (ats/nxp)

Créé: 15.09.2019, 21h07

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.