Samedi 7 décembre 2019 | Dernière mise à jour 00:14

Martigny (VS) La Fondation Gianadda célèbre ses 40 ans

Léonard Gianadda fête les 40 ans de la fondation à Martigny qui a accueilli plusieurs millions de visiteurs.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Fondation Pierre Gianadda de Martigny fête lundi ses 40 ans d'existence.

Inaugurée le 19 novembre 1978, Léonard Gianadda n'imaginait pas le succès que son idée rencontrerait. Après la mort accidentelle de son frère Pierre, dont il était très proche, en 1976, Léonard a voulu célébrer le souvenir de ce frère. La Fondation a accueilli 10 millions de visiteurs depuis sa création.

«L'idée était de faire un lieu animé», déclare le mécène de Martigny dans une interview accordée à Keystone-ATS. «C'était aussi l'occasion de créer un musée gallo-romain puisqu'il n'y avait pas de musée à Martigny». La ville regorgeait de trouvailles archéologiques, «mais tout était parti dans la nature».

Travail et volonté

«Je n'ai évidemment jamais imaginé avoir un jour un tableau de Van Gogh ou de Cézanne, or on en a eu cent», explique M. Gianadda. Il n'imaginait pas non plus que les concerts auraient un tel succès. La cantatrice italienne Cecilia Bartoli s'y est produite à 28 reprises. Et pas qu'elle, Isaac Stern, Yehudi Menuhin beaucoup de grands noms de la musique y ont défilé. «Cela s'est fait petit à petit».

Derrière le succès se cache beaucoup de travail, de la volonté, de la ténacité. Et quarante ans plus tard la satisfaction «de regarder dans le rétroviseur et de me rendre compte que j'ai eu beaucoup de chance», dit le mécène. «Attirer une moyenne d'un quart de million de visiteurs chaque année pendant 40 ans, dans un bled comme Martigny, c'est incroyable».

Encore des projets

Et ce n'est pas terminé. Une exposition «Rodin - Giacometti» est en préparation pour l'année prochaine. «L'année suivante on va faire une exposition sur la collection de Christoph Blocher», annonce Léonard Gianadda. «Il m'a donné une pile de reproduction de toutes les oeuvres qu'il possède avec une fiche technique de chacune et m'a dit »tu choisis ce que tu veux«, c'est extraordinaire».

Pourtant Léonard Gianadda se montre réservé quant à l'avenir. «Commençons déjà par demain, par après-demain, allons jusqu'à la fin de l'année». Il n'a jamais caché souffrir d'un cancer. Alors la suite «ce ne sera pas facile, ça c'est certain». (ats/nxp)

Créé: 19.11.2018, 11h00

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.