Lundi 20 janvier 2020 | Dernière mise à jour 20:36

Tourisme Un logiciel d'Airbnb pour détecter les clients à risque

Se prémunir contre les utilisateurs au comportement délictueux? C'est ce à quoi veut parvenir Airbnb, grâce à un logiciel ultra-performant fouillant dans la vie digitale de ses clients.

Retrouver son appartement saccagé après une location? Airbnb veut désormais éviter cette pénible situation.

Retrouver son appartement saccagé après une location? Airbnb veut désormais éviter cette pénible situation. Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Big brother is watching you. Selon un brevet déposé en 2019, Airbnb détient les droits pour concevoir un logiciel qui permettrait d'établir le profil psychologique d'un voyageur. But de la manoeuvre? Se prémunir contre les utilisateurs au comportement délictueux, expliquent nos confrères de Evening Standard.

Tout y passe

Il est vrai que certains hôtes, après location, constatent, impuissants, la dégradation de leur logement. C'est pourquoi la société Airbnb s'est dotée d'un logiciel redoutable qui peut compiler et analyser des éléments de la vie privée de ses voyageurs.

Comment cela fonctionne-t-il? Le fameux logiciel identifie tout document, message, site web, photos et vidéos concernant l'utilisateur. Sur cette base, ce dernier est évalué d'un point de vue comportemental. Les adresse électronique, comptes bancaires, numéro de téléphone, liens sociaux, chemin professionnel, etc. sont finement analysés par le logiciel traceur.

Une note déterminante

Sur cette base, il est possible d'établir un profil du demandeur, de détecter si certaines données fournies par ce dernier sont fausses et, même, de savoir si il consomme de la drogue ou s'il abuse de l'alcool. Si il a un passé de fraudeur, également. Une fois tous ces paramètres réunis par le logiciel, une note globale est donnée au client dont le caractère (antisocial, généreux, ouvert, névrosé, sympathique...) peut aussi être cerné.

Airbnb tient toutefois à préciser que si l'entreprise «détient un certain nombre de brevets, allant des listes de recherche à l'automatisation de la disponibilité des réservations, cela ne signifie pas nécessairement [qu'elle applique] en entier ni même en partie le contenu de ces brevets». Voilà qui est dit.

Laurent Siebenmann

Créé: 08.01.2020, 11h22

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.