Samedi 17 novembre 2018 | Dernière mise à jour 02:18

BD Lucky Luke en France: un «Paris» réussi

Le scénariste Jul ose sortir le cow-boy qui tire plus vite que son ombre de son far west. Il a bien fait: ce nouvel album est excellent.

Jolly Jumper aussi a fait le voyage à Paris, dont les pavés ne réussissent pas trop à ses sabots.

Jolly Jumper aussi a fait le voyage à Paris, dont les pavés ne réussissent pas trop à ses sabots. Image: Achdé/Ed. Lucky Comics

Lucky Luke
Un cow-boy à Paris
T. 8 (après Morris)
Par Achdé et Jul
Ed. Lucky Comics
Sortie le 2 novembre

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le titre de cette 80e aventure de Lucky Luke est on ne peut plus clair: «Un cow-boy à Paris» annonce la couleur.

Mais n'est-ce pas juste un coup marketing pour que les médias français parlent davantage encore de ce nouvel album? Les premières pages rassurent très vite: Jul, qui scénarise son deuxième «Lucky Luke» après le déjà très bon «La Terre promise» , n'use pas d'un artifice gratuit pour propulser le héros dans la ville lumière. Il part d'un fait historique, comme le faisait souvent Goscinny quand il écrivait ses récits pour Morris. Ici: la tournée américaine du sculpteur français Auguste Bartholdi pour trouver le financement de son gigantesque projet: ériger une statue de la Liberté sur une île au large de New York.

Pour pimenter l'histoire, Jul imagine un directeur de prison qui, lui, est obsédé par la privation de liberté et envisage de construire un pénitencier sur l'île qui devrait accueillir la statue. Chargé de protéger Bartholdi aux Etats-Unis, Lucky Luke devra poursuivre sa mission à Paris et escorter la statue entre la France et New York.

Le maître des allusions

On sait Jul brillant pour multiplier les clins d’œil à notre monde moderne dans ses BD: s'il parvient à le faire lorsqu'il aborde la préhistoire dans «Silex and the City», le Paris de la fin du XIXe siècle ne peut pas lui poser de problème. D'une gargouille à l'effigie de Rantanplan, aux alentours de la Sorbonne récemment repavés («à quoi vont pouvoir servir tous ces pavés?», se demande Bartholdi), l'album regorge d'allusions et trouvailles plus savoureuses les unes que les autres.

Et c'est l'une des grandes forces de Jul (comme de Goscinny d'ailleurs), sans parasiter l'histoire. On peut la lire avec plaisir même sans voir toutes les références. Jul n'hésite pas non plus à faire du comique de répétition: s'il a appelé ses albums sur la mythologie «50 nuances de Grecs», ici, il nomme l'ouvrage rédigé par le directeur de la prison: «50 nuances de grilles».

Gare au plomb à Camembert

Victor Hugo, Madame Bovary, Gustave Eiffel, Verlaine et Rimbaud, autant de célébrités que Luke va croiser durant son premier périple hors du continent américain (où on le confond souvent avec un Belge vu ses habits aux couleurs du drapeau du plat pays). Jul ose même transposer en France les célèbres panneaux situés à l'entrée des villes du far west, riches en menaces pour les bandits. Ici, c'est «Camembert: notre pâte est molle mais notre plomb est dur!»

Achdé, successeur légitime de Morris au dessin se coule à chaque fois davantage dans le graphisme du maître, livrant une copie irréprochable et esthétique. Lucky Luke, même sous Morris, a connu bien des hauts et des bas depuis le décès de Goscinny, au gré des scénaristes. Avec Jul qui, comme le cow-boy, fait mouche à chaque gag, cela se confirme: notre héros est à nouveau en de très bonnes mains. (Le Matin)

Créé: 02.11.2018, 09h56

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.