Mercredi 13 novembre 2019 | Dernière mise à jour 12:17

Spectacle Des marionnettes «super mega kill»!

Karim Slama a présenté devant la presse les contours de son «Titeuf, le pestacle», qui débutera cet été à Lausanne.

Vidéo: Laura Juliano

Suivez-nous sur Youtube!

Retrouvez tous les reportages vidéo du «Matin» sur notre chaîne Youtube.

INTERVIEW

«Sur scène, j’assure un max!»
C’est par la voix de Karim Slama que Titeuf nous a répondu. Une voix plus agréable que celle des dessins animés.


Titeuf, t’as le trac de venir sur scène devant un public pour jouer ce spectacle?
Nooon, j’assure un max! Comme j’assure dans la cour de récréation.

Comment tu vas gérer d’un côté les répètes et les représentations, d’un autre l’école?
Euh.. bah, ça s'est beaucoup organisé autour de mon planning général: l’école m’a donné congé deux semaines au mois de juin. Puis après, on va répéter durant toutes les vacances. Ça va juste être un peu pénible parce que, pendant tout le mois d’août, je pourrai même pas aller à la piscine alors que j’ai l’abo.

Tu m’as l’air d’avoir déjà des caprices de star…
Bah! Tu sais, j’ai un peu l’impression que c’est moi le personnage principal, quand même. Mais ça fait un moment que ça dure.

C’est-à-dire?
J’ai l’impression que, dans ma vie, tout tourne autour de moi.

Tu rêves de Hollywood?
Ouais, on pourrait aller à Hollywood. Mais déjà chez tous les gens qui parlent français et qui me comprennent. L’allemand et l’english, c’est trop compliqué.

Tu te réjouis de jouer sur scène aux côtés de Nadia?
Evidemment! En plus, vu que j’ai le rôle principal, je vois pas pourquoi elle craquerait pas. Et elle est contente d’être une scène, même si c’est une star un peu secondaire. Elle va sûrement vouloir s’accrocher à moi, venir dans ma loge, m’offrir des fleurs. J’ai une technique: je vais faire semblant de l’ignorer. Et elle viendra vers moi.

Tu vas l’embrasser sur scène?
Euh… Attends… Déconne pas, y aura peut-être un trucage. Ça me gêne un peu, ça.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«C’est pô juste» se lamente tout le temps Titeuf. Cette fois, rien à redire, tellement Karim Slama tape juste avec son «Pestacle», qui se déroulera du 30 août au 25 septembre 2016 à Lausanne, puis partira dès le 5 octobre en tournée plusieurs mois en Suisse romande. Sur scène, sept comédiens se partageront les rôles de quinze personnages issus de la BD imaginée par Zep en 1992. Si les adultes, comme la maîtresse ou la concierge, seront interprétés en costumes, la bande à Titeuf sera représentée par neuf marionnettes drôlement sympathiques, créées par un maître en la matière, Pierre Monnerat. Comme dirait le garçon à la mèche «C super mega kill!»

Une histoire inédite

Ce spectacle «de chair et de mousse», Karim Slama l’a imaginé en 2012 déjà. Encore fallait-il l’accord de Zep. «On m’avait averti qu’il était très sévère sur tout ce qui fait autour de Titeuf, raconte l’humoriste lausannois. Mais quand je suis allé le voir, il avait déjà sorti le champagne.» En janvier 2013, le projet est donc lancé. Karim Slama se met à l’écriture, sans contrainte de Zep. «Il a un regard bienveillant mais il n’a aucune idée de l’histoire. Il veut garder la surprise pour la première.» Pour autant, les ayants droit, les éditions Glénat, gardent un contrôle sur le processus. Karim Slama se lance dans une histoire complète. «Ce n’est pas évident, car il ne faut pas trahir l’esprit mais, en même temps, il faut apporter son univers. Je me reconnais dans Titeuf, car mes one-man-shows sont eux aussi un regard sur le monde.» Le héros de bande-dessinée étant un éternel insatisfait, la main qui le dessine lui confie alors son crayon pour qu’il devienne lui-même maître des albums de sa vie. Mais les choses ne sont pas aussi simples quand on a une baguette magique. «J’y vois un parallèle avec Zep qui m’a lui aussi tendu son crayon», révèle Karim Slama. Pour la scénographie, un album de BD géant posé sur sa tranche sera projeté, de manière modulable, sur du tulle. Le public aura l’illusion que certaines scènes se passent dans le livre alors que d’autres existent hors des pages.

Des comédiens visibles

L’histoire et le décor posés, il fallait encore un casting. Il est entièrement romand: Jade Amstel, Catherine Giggisber, Blaise Bersinger, Julien Opoix, Lionel Caille et enfin Marc Donnet-Monay. Des artistes et non pas des marionnettistes. Le comédien qui manipule son personnage est en effet volontairement dévoilé aux spectateurs. Une double lecture est ainsi offerte. «La mousse prendra le dessus mais elle ne fait pas toutes les interprétations», explique Karim Slama qui fera, naturellement, binôme avec Titeuf.

A Lausanne, 32 représentations auront lieu à la salle Paderewski, au Casino de Montbenon. Pour une affluence totale de 15 000 personnes et âgée de 7 à 99 ans. «Ceux qui ont honte de venir en tant qu’adulte n’ont qu’à trouver un neveu ou s’asseoir à côté d’un enfant», rigole Karim Slama. «Tchoo la honte», dirait Titeuf.

Créé: 21.04.2016, 06h45

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.