Mardi 17 septembre 2019 | Dernière mise à jour 01:42

Las Vegas Une première pin-up française dans la «ville du péché»

Marion Berrou-Drand sera la première Française à participer au «Viva Las Vegas Pin-up Contest», le plus grand concours international du genre.

«Je vais jouer à fond la carte de l'élégance à la française», explique la pin-up.

«Je vais jouer à fond la carte de l'élégance à la française», explique la pin-up. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Elle a tout de la femme fatale. Robe moulante rétro, sourire carmin ravageur et talons aiguilles: Marion, alias Dollykitten, est la première Française finaliste d'un célèbre concours de pin-up qui se déroule en avril à Las Vegas, la «ville du péché».

Pour cette Lyonnaise d'adoption de 29 ans, qui a grandi en Bretagne, participer au «Viva Las Vegas Pin-up Contest», le plus grand concours international du genre, «était un rêve». «Être la première Française, c'est fantastique ! Quand j'ai su que j'étais finaliste, j'ai pleuré», confie à l'AFP Marion Berrou-Drand, suivie par ses fans sur Facebook ou Instagram sous le nom de Dollykitten. «Un alias un peu bébête, mais on m'appelait Dolly quand j'étais enfant et... j'adore les chats», dit-elle en caressant un matou blanc qui l'accompagne depuis des années.

Douze candidates, venues des Etats-Unis, d'Israël, d'Australie, de Belgique, de Finlande, des Pays-Bas, du Danemark et de France, ont été sélectionnées pour la finale de ce concours, l'une des attractions du Viva Festival Rockabilly qui attire chaque année quelque 20.000 personnes dans la capitale mondiale du divertissement. Marion, elle, vit en mode «pin-up girl» depuis 2011. «J'ai eu le déclic en découvrant le profil d'une Anglaise qui s'habillait tous les jours années 1950. J'aimais tout de cette époque, j'ai adopté ce look. Ma famille pensait que c'était une lubie, c'est devenu une passion, un style de vie».

Elle quitte alors la région de Brest pour Avignon. Depuis, elle est à 100% glamour rétro. Coiffure, maquillage, bijoux, tenues sexy «mais jamais vulgaires», dit-elle. Après un BTS tourisme, elle travaille («un boulot alimentaire» d'hôtesse d'accueil), fait ses courses, prend le métro, avec l'air de sortir d'un casting hollywoodien de la grande époque des Rita Hayworth, Jayne Mansfield ou Marilyn Monroe, dont un portrait trône dans sa chambre: «un idéal», s'enthousiasme-t-elle. Marion Dollykitten est aussi modèle photo rétro.

Femme-objet ?

«Bien sûr, il y a aussi des ricanements sur mon passage. Mais ceux qui me connaissent apprécient mon look, y compris au travail... après un temps d'adaptation», sourit-elle. «Et j'assume, même si on me regarde parfois comme une bête de foire».

La pin-up, n'est-ce pas la quintessence de la femme-objet ? «Pas du tout», se défend-elle. «On peut être super féminine sans accepter le machisme. Dans ma tête, je suis une femme moderne, indépendante. D'ailleurs, la seule chose que je n'aime pas dans ces années-là, c'est la condition féminine».

«Je ne me définis pas totalement comme une pin-up, ni comme une vintage , je suis entre les deux». Et puis, «je n'essaye pas d'être ultra-sexy». Ce qui n'empêche pas les regards insistants, reconnaît-elle.

Quittant son petit appartement lyonnais au décor résolument rétro, Dollykitten s'envolera pour Las Vegas le 15 avril avec, dans ses valises forcément «vintage», plus d'une dizaine de robes d'époque. Elle fera face le 20 avril au jury qui posera à chaque candidate une question, connue d'avance. L'objectif? Séduire les jurés, par son physique, sa tenue et... sa beauté intérieure. La veille, les festivaliers auront voté pour leur préférée dans des urnes mises à leur disposition.

A Las Vegas, prévient Dollykitten, «je vais jouer à fond la carte de l'élégance à la française, de la vamp parisienne, façon haute couture années 50. Pour me différencier des pin-up rockabilly».

On assiste à un regain d'intérêt pour la figure de la pin-up, née dans les années 40 et qui connut son âge d'or dans les «fifties». Des artistes comme la diva américaine du burlesque Dita von Teese, qui a participé en janvier à Paris au Fashion Freak Show de Jean Paul Gaultier, font de ce rétro sexy leur marque de fabrique.

«Il y a énormément de passionnées de cet univers. Dans le monde entier», relève Marion. «On participe à des événements; on échange sur les réseaux sociaux. J'en rencontrerai à Las Vegas».

Lauréate ou non du concours, Marion quittera Lyon en juin. Direction: la Nouvelle-Zélande. Pour tenter l'aventure et dénicher, espère-t-elle, un emploi glamour. (afp/Le Matin)

Créé: 22.03.2019, 13h38

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.