Mardi 16 octobre 2018 | Dernière mise à jour 12:44

Etats-Unis Le musée Gardner maintient sa récompense

Dans la nuit du 18 mars 1990, des tableaux estimés à quelque 500 millions avaient été dérobés par des cambrioleurs déguisés en policiers.

Les cadres sont restés dans l'état dans lequel les cambrioleurs les ont laissés, en 1990.

Les cadres sont restés dans l'état dans lequel les cambrioleurs les ont laissés, en 1990. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le musée Gardner de Boston a décidé de prolonger indéfiniment son offre de récompense de 10 millions de dollars, promise à celui qui l'aidera à retrouver 13 tableaux de maîtres, y compris des Rembrandt et un Vermeer, volés en 1990.

L'offre de récompense expirait en principe le 31 décembre, mais le conseil d'administration du musée a voté pour la renouveler, selon un communiqué publié jeudi.

«Cette récompense montre l'engagement du musée et du conseil d'administration à récupérer ces oeuvres importantes», a déclaré Steve Kidder, président du conseil cité dans le communiqué. «Nous sommes les seuls acheteurs pour ces oeuvres, qui doivent retrouver leur foyer légal».

La «qualité»

Dans la nuit du 18 mars 1990, les tableaux - dont trois Rembrandt, un Vermeer, un Manet et cinq dessins et aquarelles de Degas - d'une valeur totale estimée à quelque 500 millions de dollars, avaient été dérobés par des cambrioleurs déguisés en policiers. Relevée de un à cinq millions de dollars en 1997, la récompense avait été doublée à 10 millions en mai dernier.

«Une seule information pourrait suffire à retrouver les oeuvres. Nous cherchons la qualité, pas la quantité, des faits, pas des théories», a souligné le responsable de la sécurité du musée, Anthony Amore. «Nous restons optimistes sur la possibilité que ces oeuvres puissent un jour être retrouvées.»

Vol historique

En un quart de siècle, ce cambriolage, réputé le plus important vol d'oeuvres d'art de l'Histoire, a fait la renommée de ce vénérable musée, plus encore que le somptueux palais qui l'accueille, bâti en assemblant des vestiges achetés en Italie, ou que sa collection, encore forte d'un Titien, deux Velazquez ou un Rubens.

En mars 2013, le FBI avait annoncé avoir identifié les voleurs, membres d'une organisation criminelle du nord-est des Etats-Unis. Mais les faits étaient prescrits depuis 1995, et les suspects, qui n'étaient plus en possession des oeuvres, ne pouvaient plus être poursuivis. (afp/nxp)

Créé: 11.01.2018, 20h43

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.