Samedi 18 janvier 2020 | Dernière mise à jour 20:12

Paléo 3/6 Charlotte Cardin: «Le Québec est musicalement au top»

On poursuit notre série sur le Village du Monde avec l'une des plus belles promesses canadiennes. À voir le jeudi 25 juillet. Interview.

Image: Paléo

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Elle a comme un air de Liv Tyler avec encore plus de douceur lorsqu'elle s'exprime. Charlotte Cardin met tout le monde d'accord. Avec sa voix qui rappelle un mélange entre Amy Winehouse et Banks, la Montréalaise est sur le point de séduire l'Amérique et l'Europe. Ce n'est pas pour rien que Paléo l'invite pour la deuxième année consécutive. Elton John a même ajouté l'un de ses titres dans sa playlist Spotify.

La chanteuse de 24 ans travaille actuellement sur son premier album, qu'elle espère sortir «le plus vite possible». Au bout du fil, elle nous explique être une amoureuse de jazz et qu'elle écoute de la country comme du hip-hop. Sans oublier les artistes de sa terre natale qui l'inspirent constamment.

Après Robert Charlebois et Hubet Lenoir, Charlotte Cardin est la 3e artiste de notre série de 6 épisodes sur le Village du Monde du Paléo, consacré cette année au Québec. Un entretien à déguster dans votre plus beau québécois.

Quel est votre premier souvenir musical?

Il y en a beaucoup. J'ai grandi dans une famille qui adore la musique. Ma mère joue du piano et mon père est un grand mélomane. Mes premiers souvenirs sont certainement ma maman qui chantait des comptines à ma sœur et à moi avant de s'endormir.

À quel moment avez-vous avez pris conscience de votre potentiel dans la musique?

C'était très important pour mes parents que leurs enfants prennent des cours de musique. Ils voulaient qu'on ait une vraie culture musicale et que l'on touche à plusieurs instruments. J'ai commencé très jeune à jouer du piano. Vers mes 6 ans, ils ont remarqué que je chantais juste et que j'avais une bonne oreille. Ma mère disait même que je chantais déjà lorsque j'apprenais à parler. Après, c'est en travaillant que j'ai réalisé aimer ça.

Petite, vous vouliez devenir quoi?

Chanteuse, c'était dans mes rêves les plus fous. Je voulais être médecin généraliste jusqu'à mes 18 ans.

Le grand public vous a connue grâce à «La Voix» en 2013. Pourquoi y avoir participé?

A la base, c'était un petit challenge personnel. Je n'avais jamais passé d'audition professionnelle. C'est un ami de la famille qui m'a dit que les castings étaient le lendemain. Il a un peu chatouillé mon ego et je m'y suis pris au jeu. Après mon essai, je pensais que tout était tombé à l'eau car la production ne m'avait pas donné de nouvelles pendant deux mois. Au final, chaque étape était comme un cadeau. (ndlr.: elle s'est classée parmi les quatre derniers finalistes.)

Lors de votre audition à l'aveugle, on remarque votre sœur en pleurs. Votre famille est votre plus grand soutien?

Oui, ma famille est hyper présente. Quelqu'un se déplace presque à tous les concerts. Ils m'ont même suivie durant ma tournée aux Etats-Unis et en Europe. C'est un vrai privilège d'être aussi soutenue.

Puis vient le succès avec votre premier EP «Big Boy». Comment s'est déroulé la composition de ce premier disque?

Il a été assez fluide. C'était un peu toutes les accumulations des chansons que j'ai écrites dans ma vie. Ce n'est pas comme si on me laissait quatre mois pour écrire un album. J'ai eu exactement le même sentiment pour mon deuxième EP, «Main Girl», car j'ai continué à écrire entre-temps. C'est maintenant que je vis pour la première fois la pression des deadlines (ndlr: à prononcer avec un bel accent américain) avec mon premier album.

D'ailleurs Elton John a adoré votre titre «Main Girl»!

Oh oui! C'est génial de savoir qu'Elton John aime bien l'un de mes titres, c'est un bel honneur. Il a présenté la chanson dans son émission de radio. Il a dit qu'il aimait beaucoup le titre. J'étais sur un nuage.

Vous en êtes où avec ce premier album?

On a presque fini. Cela fait six mois que l'on travaille dessus. Il manque peut-être encore deux titres, mais la production a même commencé. Il va y avoir quelques surprises. J'aime tout ce qui est influencé par le jazz. J'aime aussi beaucoup les sons modernes dans le hip-hop. On retrouvera un peu plus de guitare sur ce disque, des sons nouveaux dans la production mais qui restent fidèles à ce que j'ai envie de faire.

Cette année, le Paléo met en évidence le Québec avec son Village du monde. C'est quoi le Québec de Charlotte Cardin?

C'est la maison! C'est un regroupement de gens extrêmement diversifiés. Un mélange culturel et artistique incroyable pour une artiste. Le Québec se modernise et se renouvelle. Dans la scène musicale, en tout cas. Il y a plein d'artistes que je côtoie qui m'inspirent beaucoup. J'aime beaucoup Loud, par exemple.

Qu'avez-vous prévu sur scène à Paléo?

Je suis tellement contente de revenir à Paléo. On va pouvoir tester les nouvelles chansons sur scène. Ce sera une belle façon de voir si les gens kiffent nos titres... ou pas. (Rires.)

Citez-nous un artiste québécois de référence.

Daniel Bélanger. C'est un auteur-compositeur incroyable. Il m'a énormément inspirée. D'ailleurs, j'ai repris récemment son titre «Fous n'importe où». C'est une chanson très très connue au Québec qui est sortie en 2001. Elle avait fait un malheur sur les radios. On m'a proposé de l'interpréter dans le cadre d'une publicité pour le tourisme. C'est un titre avec lequel j'ai grandi, j'ai accepté tout de suite.

La musique est-elle la meilleure carte de visite du Québec?

L'une d'elles en tout cas. Il y a plusieurs bonnes cartes de visite au Québec. Il y a une scène culinaire qui est vraiment top, des paysages à couper le souffle...

Avez-vous un plat québécois à nous recommander?

Mon plat préféré c'est le pâté chinois. Peut-être que cela va vous dégoûter. C'est de la viande hachée avec du maïs et de la pomme de terre en purée. Cela ressemble un peu au hachis parmentier.

Quand se refermeront les portes du Village du Monde, qu'aimeriez-vous que les festivaliers retiennent du Québec?

Que musicalement on est au top!

Créé: 30.05.2019, 09h19

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.