Vendredi 22 juin 2018 | Dernière mise à jour 20:16

New York Mythique chef d'orchestre licencié par le Met

James Levine, accusé d'abus sexuels, a été mis à la porte du Metropolitan Opera de New York lundi.

Agé de 74 ans, James Levine avait été suspendu le 3 décembre après la publication de révélations le concernant.

Agé de 74 ans, James Levine avait été suspendu le 3 décembre après la publication de révélations le concernant. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Metropolitan Opera de New York a licencié lundi son directeur musical honoraire, James Levine, déjà mis à pied, au terme d'une enquête qui a confirmé que le tout puissant chef d'orchestre s'était rendu coupable d'abus sexuels.

Agé de 74 ans, James Levine avait été suspendu le 3 décembre après la publication de révélations le concernant dans le New York Times et le New York Post. Les deux quotidiens évoquaient le cas d'un homme accusant le chef d'orchestre d'attouchements à partir de 1985, alors qu'il n'avait que 15 ans, jusqu'en 1993. Trois autres hommes ont également affirmé publiquement avoir été agressés sexuellement par James Levine, même s'il n'a pas été poursuivi au pénal.

Le célèbre chef d'orchestre avait pris officiellement sa retraite au terme de la saison 2015-16, mettant fin à 40 ans à la direction musicale du Met, pour raisons de santé. Mais il restait directeur musical honoraire de l'institution et était revenu diriger l'orchestre à plusieurs reprises, comme lors de ce qui restera comme sa dernière prestation, le «Requiem» de Verdi, joué le 2 décembre.

«Preuves crédibles»

«L'enquête a mis en évidence des preuves crédibles que M. Levine s'était livré à du harcèlement et à un comportement abusif sexuellement» avant qu'il n'arrive au Met, puis pendant sa collaboration avec l'opéra de New York, a indiqué l'institution dans un communiqué. Les agissements du chef d'orchestre auraient notamment visé des «artistes vulnérables en début de carrière, sur lesquels M. Levine avait autorité», précise le Met.

Compte tenu des conclusions de cette enquête, menée par un ancien procureur de l'Etat du New Jersey, Robert J. Cleary, la direction de l'opéra et son conseil d'administration ont estimé qu'il serait «inapproprié et impossible» que James Levine continue à travailler au Met. Outre la direction musicale honoraire, le maestro déchu a été également licencié de son poste de directeur du programme consacré aux jeunes artistes.

Dans son communiqué, la prestigieuse institution assure néanmoins que l'enquête, pour laquelle plus de 70 personnes ont été interrogées, a démontré que les accusations et les rumeurs selon lesquelles des responsables du Met auraient couvert des informations mettant en cause le chef d'orchestre étaient infondées.

Après avoir suspendu James Levine, le Metropolitan Opera avait déjà obtenu que le chef d'orchestre québecois Yannick Nézet-Séguin prenne la direction musicale de l'orchestre dès la rentrée prochaine, soit deux ans plus tôt que prévu. (afp/nxp)

Créé: 13.03.2018, 00h10


Sondage

Chez quel opérateur avez-vous votre abonnement pour smartphone?





S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Powered by wingit

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.