Mercredi 26 juin 2019 | Dernière mise à jour 22:59

Camille Berthollet La nouvelle icône du classique

En période de fêtes de fin d’année, le classique est partout. Focus sur cette prodigieuse violoniste franco-suisse de 16 ans dont le premier album fait un carton.

Image: Stephanie Slama

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A 4 ans, il y a ceux qui jouent avec des doudous ou qui gribouillent tout ce qu’ils trouvent aux Neocolor, puis il y a ceux qui, comme Camille, veulent à tout prix un violoncelle. OK, ces derniers sont plutôt rares, mais pour elle, c’est à ce moment-là que le rêve a débuté.

A partir de là, cette fille de Jurassienne qui a grandi à Annecy, n’a cessé de progresser. Elle a intégré le Conservatoire à à peine 10 ans, remporté une foultitude de prix dans son domaine, et fait le tour du monde pour nourrir les oreilles des mélomanes. L’an dernier, c’est la révélation au grand public lorsqu’elle gagne le concours «Prodiges» diffusé sur France 2. Signature de contrat et un premier album sorti en octobre de cette année, qui caracole en tête des classements classiques. Coup de fil avec la jolie rousse à la voix tout en douceur.

Vous avez remporté plus ou moins tous les prix qui existent dans le classique, ça fait quoi? Je n’ai pas non plus tout remporté, il y en a encore plein! Mais c’est vrai que j’en ai fait beaucoup en violon et en violoncelle, mais à chaque fois c’est différent, dans des pays différents, donc c’est génial de pouvoir voyager, rencontrer toutes ces personnes dans des ambiances différentes.

Et cet album, c’était un rêve? Oui, tout à fait, j’en rêvais depuis toute petite! Enregistrer à mon âge c’est une chance énorme, mais mon rêve c’est d’être soliste et enregistrer des albums, ça va avec. Quand plusieurs maisons de disques se sont approchées de moi, j’étais supercontente et j’ai choisi de faire ce premier album chez Warner Classics. C’est une maison de disques qui est vraiment très bien, avec un bon catalogue et qui respecte vraiment les artistes. J’ai pu enregistrer beaucoup de duos, notamment avec ma sœur, pour moi c’était évident comme on joue ensemble depuis toutes petites. Avoir un orchestre avec moi, un pianiste et mon duo avec Gautier Capuçon, ça, c’était quand même quelque chose d’assez incroyable!

Oui, ce duo avec votre idole, racontez-nous! C’est dur d’expliquer ça avec des mots! C’est un rêve qui se réalise. J’admire Gautier Capuçon depuis toujours. C’était un peu stressant de me dire que j’allais jouer à côté de lui, mais en même temps, il est tellement gentil et il joue tellement bien, c’était juste magnifique.

Vous avez été révélée par l’émission «Prodiges». Une étape nécessaire tant le classique est peu populaire? Il est vrai que j’ai été très médiatisée, ce qui est rare dans le classique. C’est une grande chance, mais je ne sais pas si c’est forcément une étape nécessaire. J’avais déjà fait beaucoup de choses importantes dans le classique. Mais je suis contente si ça peut promouvoir la musique classique pour un plus grand nombre de personnes. Suite à tout ça, j’ai eu beaucoup de courrier ou de visites après mes concerts de personnes dont c’était la première fois qu’elles écoutaient du classique, et ça, c’est génial!

Vous avez gagné en jouant «L’été» des 4 saisons de Vivaldi et vous ouvrez votre album avec! Oui, c’était un petit clin d’œil de la mettre en première piste du disque. C’est une pièce que j’adore, comme beaucoup d’autres morceaux!

Vous êtes très proche de votre sœur Julie. Impossible de faire quelque chose sans elle? On fait aussi des concerts en tant que solistes, mais on fait beaucoup de choses à deux. Pour moi, elle est un pilier et on joue depuis toutes petites ensemble. Cette complicité, je ne peux pas l’avoir avec quelqu’un d’autre. A 3 ans, je la regardais jouer du violon, j’ai réclamé mon violoncelle, que j’ai eu à 4 ans. J’ai commencé et me suis mise au violon aussi. J’avais 8 ans, depuis on joue tout le temps ensemble.

A 16 ans, classique mis à part, quel musicien remporte votre faveur? Mais j’écoute principalement du classique! Un petit peu de chanson française, mais après c’est sûr que je n’écoute pas les musiques actuelles. En partant du classique, c’est dur pour moi d’écouter ça… mais si je devais en citer, je dirais Bruel, Brel, Piaf et Polnareff par exemple.

Noël arrive. Quel serait l’argument pour que l’on offre votre disque à un ado? Alors bonne question! (Rires.) Quand on me demande comment il faudrait faire venir les gens à la musique classique, je leur dis qu’il faut au moins essayer d’écouter et se faire sa propre opinion. On pourrait penser que c’est pour les personnes âgées, qu’il n’y a pas beaucoup de monde dans les salles de concert, mais c’est tout le contraire! Le classique, ça peut être frais, diversifié et riche, même cool! On peut commencer avec les musiques de films qui sont souvent tirées du classique, il ne faut pas avoir peur d’essayer! (Le Matin)

Créé: 17.12.2015, 10h58


Sondage

La vague de chaleur à 40° qui s'annonce cette semaine sur la Suisse vous inquiète-t-elle?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.