Jeudi 21 novembre 2019 | Dernière mise à jour 09:03

Musique Rammstein poursuit l'Etat allemand

Leur album «Liebe ist für alle da» s'était brièvement retrouvé mis à l'index en 2009.

Le chanteur de Rammstein, Till Lindemann, lors du Wacken Open Air en août 2013.

Le chanteur de Rammstein, Till Lindemann, lors du Wacken Open Air en août 2013. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le groupe de métal allemand Rammstein réclame 66'000 euros (72'000 francs suisses) à l'Etat allemand. Il s'agit de dédommagement pour la mise à l'index provisoire de leur dernier album «Liebe ist für alle da» en 2009.

L'office fédéral de protection de la jeunesse avait en effet signalé le titre «Ich tu dir weh» (je te fais mal) ainsi qu'une image dans le livret de l'album, qualifiée de «brutale» et d'«immorale», comme l'explique le Bild.

Carton en Allemagne

La décision avait été levée six mois plus tard par les tribunaux administratifs de Münster et de Cologne. Le problème, c'est que le groupe avait déjà ordonné la destruction de 85'000 albums, raison pour laquelle il se tourne maintenant contre l'Etat allemand.

Le procès devrait démarrer cet été à Bonn mais les experts se posent la question de savoir pourquoi le groupe a tellement attendu avant de porter plainte. Son album, pourtant censuré et épuré, a connu un grand succès en Allemagne avec plus d'un million de copies vendues ce qui a valu à Rammstein un double disque de platine outre-Rhin.

Créé: 05.04.2016, 14h05

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.