Dimanche 16 décembre 2018 | Dernière mise à jour 21:30

Musique «Il serait temps que Gotthard revienne au Paléo!»

Le célèbre groupe de rock suisse est de retour vendredi avec un album acoustique, «Defrosted 2», et même une bière. Rencontre.

Gotthard, «Defrosted 2», sortie le 7 décembre.
En concert le 13 juillet 2019 à Sion sous les étoiles. Infos: sionsouslesetoiles.ch

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En 1997, Gotthard faisait un carton avec «Defrosted», son premier disque acoustique. Depuis, le célèbre groupe de rock suisse a multiplié les places de numéro 1 dans les charts et vendu plus de 3 millions d'albums. Fort de ces stats et de vingt-cinq ans de carrière, il sort vendredi le petit frère, «Defrosted 2», soit 24 morceaux, dont 2 nouveaux. Rencontre avec Nic Maeder, chanteur, et Freddy Scherer, guitariste, les deux Romands de Gotthard.

Pourquoi ressortir un album acoustique en 2018?

Freddy Scherer: Beaucoup de gens nous le réclamaient. Dans les années 1990, il y a eu les «MTV Unplugged» et, ces dernières années, pas mal d'artistes s'essaient de nouveau à l'exercice. Pour un musicien, ça lui change les idées. C'est très agréable.

Cela fait du bien de parfois couper la distorsion?

Nic Maeder: Quand tu as joué les morceaux durant des années, ça fait du bien de les réarranger, d'inclure des choristes, des percussions, des violons. On a joué l'album en tournée avant de l'avoir sorti. Parfois, on était treize sur scène, ça donne une tout autre dimension.

Effectivement, c'est un album non seulement acoustique mais aussi en public. Pourquoi?

F. S.: C'était une grande surprise que «Defrosted» marche si bien en 1997. Il y a eu une tournée de plus de deux ans. Là, on a discuté des deux possibilités: faire un live ou faire un disque avec de nouveaux morceaux. La génération qui vient nous voir depuis sept, huit ans ne connaît pas ce premier disque. Alors, on a eu envie de faire des concerts pour présenter ce concept au nouveau public.

Où a été enregistré ce live acoustique?

N. M.: Toute la tournée a été enregistrée et on devait garder 12 chansons. Finalement, Leo (ndlr.: Leoni, guitariste de Gotthard) a choisi le meilleur concert – celui de Brême, en Allemagne – et a gardé presque tout. C'était une petite salle avec une scène qui ressemblait un peu à un plateau de télévision.

F. S.: C'était le plus petit des concerts et probablement qu'on y était plus relax. À la maison, à Zurich ou à Lausanne, tu veux faire mieux et ce n'est pas toujours le cas.

Il y a deux inédits, dont un composé et interprété par le leader de Status Quo. Où avez-vous rencontré Francis Rossi?

N. M.: Leo et moi avons fait durant un mois la tournée Rock Meets Classic. C'est là qu'on a rencontré Francis Rossi. C'est en coulisses, en attendant de monter sur scène, qu'on a écrit une chanson ensemble.

Vous allez jouer avec Status Quo mais aussi Krokus à Sion sous les étoiles l'été prochain. Que nous réservez-vous?

N. M.: On verra. (Il sourit malicieusement.)

Krokus fait sa tournée d'adieu, Gotthard a déjà 25 ans de carrière. Où est la relève du rock en Suisse?

F. S.: Elle existe. Plutôt du côté heavy. Il y a Eluveitie, Jack Slamer, il y en a plein!

Vous ne faisiez pas encore partie de Gotthard quand est sorti «Defrosted» en 1997. La sortie du numéro deux vous permet-elle de combler un manque?

N. M.: On n'a pas pensé à ça. Je dois dire que c'est cool d'avoir un album avec des anciens morceaux que je peux chanter.

F. S.: Pour moi, c'était la tournée la plus relax que j'aie jamais faite avec Gotthard.

On l'a dit: Gotthard a un quart de siècle. Est-ce que le groupe est pris à sa juste mesure en Suisse romande?

F. S.: Je pense que oui. Mais le groupe a eu assez rapidement du succès en Allemagne et ça a eu une influence sur la Suisse allemande. Nos trois derniers disques étaient dans le top 10 outre-Rhin. On n'a pas ce niveau en France et on le ressent en Suisse romande. Mais on y a gagné des fans depuis que Nic est arrivé.

Quand reverra-t-on Gotthard au Paléo?

F. S.: Gotthard y a été programmé une seule fois, en 1999. Mais, quand on voit que des groupes comme Iron Maiden peuvent jouer au Paléo, il serait temps que Gotthard revienne.

Vous faites brasser une bière à votre nom en Valais, la Defrosted Ale. Elle est bonne?

N. M.: Oui! (Rires.) On est allé voir la brasserie Hoppy People pour discuter de l'idée qu'on avait. Ce qu'on voulait, c'était une bière légère. Il y a aussi un vin rouge prévu pour 2019, c'est un assemblage merlot du Tessin et du Valais.

On trouvera cette bière et ce vin à la carte du grotto de Leo Leoni au Tessin?

F. S.: Le Grotthard n'existe plus! Mais je crois que Leo est content, ça lui faisait beaucoup de travail.

Verra-t-on un jour Gotthard à l'Eurovision?

F. S.: (Rires.) De notre propre initiative, non. Si on nous demande, on pourrait y penser. Mais la Suisse perd toujours quoi qu'elle fasse. (Le Matin)

Créé: 06.12.2018, 07h49

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.