Vendredi 18 octobre 2019 | Dernière mise à jour 03:01

France Le revolver de Van Gogh est à vendre

L'arme que Vincent Van Gogh aurait utilisée pour mettre fin à ses jours fera l'objet d'une mise aux enchères. Pour un prix estimé à plus de 40'000 euros.

L'authentification de l'arme n'est pas formellement établie.

L'authentification de l'arme n'est pas formellement établie. Image: AFP

Suicidaire? Faites-vous aider!

«Chercher de l'aide n'est pas un aveu de faiblesse ! C'est un démarche courageuse et positive», affirme l’association Stopsuicide ( https://www.stopsuicide.ch/site/content/trouver-de-laide ), dont la mission est de parler, faire parler, informer, sensibiliser et augmenter les possibilités de prévention.

N'hésitez pas à téléphoner, notamment aux structures suivantes : «La Main Tendue» (composer le 143), la «Ligne d'aide pour jeunes» (composer le 147), «Malatavie Ligne Ados» (HUG - Children Action), 022 372 42 42.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le revolver de marque Lefaucheux que Vincent Van Gogh aurait utilisé pour mettre fin à ses jours le 27 juillet 1890 à Auvers-sur-Oise sera mis aux enchères mercredi à Paris à l'Hôtel Drouot.

C'est la maison AuctionArt - Rémy Le Fur qui mettra sous le marteau cette arme de calibre 7 mm tristement célèbre. Si l'authentification ne sera probablement jamais formellement établie, la provenance est jugée sérieuse. Elle est estimée entre 40'000 et 60'000 euros.

Après un séjour de deux ans dans le Midi, Vincent Van Gogh s'installe le 20 mai 1890 à Auvers-sur-Oise, sur les conseils de son frère Théo. Le docteur Paul Gachet, ami des peintres impressionnistes, veille alors sur l'artiste néerlandais sujet à de fréquentes crises psychologiques. Van Gogh, qui loue une chambre chez l'aubergiste Arthur Ravoux, est alors au sommet de son art, peignant plus d'une toile par jour.

Retrouvé dans un champ

Le dimanche 27 juillet 1890, le peintre se serait rendu dans un champ proche, aurait soulevé sa chemise et se serait tiré une balle dans la poitrine avec cette arme empruntée à son hôte. Le revolver lui aurait échappé des mains et il se serait évanoui. Il se serait réveillé à la tombée de la nuit, blessé, et aurait pris le chemin de l'auberge. Malgré les soins du docteur Gachet, Vincent Van Gogh meurt après deux jours d'agonie.

L'arme présentée à Drouot a été retrouvée vers 1960 par le cultivateur du champ et remise aux parents de l'actuel propriétaire de l'auberge Ravoux. Très abîmée, elle était suspendue au-dessus du comptoir. Elle a été exposée par le Musée Van Gogh d'Amsterdam en 2016.

Selon Auction Art, l'analyse de l'arme atteste qu'elle est restée enfouie dans le sol durant un laps de temps pouvant coïncider avec l'année 1890.

En 2011, des chercheurs américains ont défendu la thèse que Vincent Van Gogh ne se serait pas suicidé, mais aurait été blessé par un tir accidentel de jeunes gens qui jouaient avec une arme.

Comme Picasso, Caravage, Monet ou encore Léonard de Vinci, Van Gogh est l'un de ces peintres connus dans le monde entier, dont toutes les occurrences sont suivies et suscitent de l'intérêt.

Ainsi, l'Atelier des lumières à Paris a choisi de lui consacrer sa deuxième exposition immersive. Des milliers d'images projetées au sol, sur les murs et au plafond, sur 3300 m2, à l'aide de 140 vidéoprojecteurs, ont popularisé les différentes étapes de ce peintre torturé et génial. (afp/nxp)

Créé: 17.06.2019, 09h45


Sondage

Elections fédérales: allez-vous voter?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.