Samedi 7 décembre 2019 | Dernière mise à jour 17:24

Martigny (VS) Rodin et Giacometti à la fondation Gianadda

L'exposition actuelle de la fondation réunit les sculptures de Rodin et de Giacometti. Un mélange «d'art antique» et de ‹figures filiformes›.

L'exposition a été créée en partenariat avec le musée Rodin et la Fondation Giacometti à Paris.

L'exposition a été créée en partenariat avec le musée Rodin et la Fondation Giacometti à Paris. Image: DR// Foindation Giannadda

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après avoir présenté des oeuvres de Rodin en 1984 et de Giacometti en 1986, la fondation Gianadda à Martigny réunit les deux artistes. L'exposition Rodin-Giacometti est à voir jusqu'au 24 novembre prochain.

L'exposition Rodin-Giacometti réunit 130 sculptures, dessins et photographies. Elle «interroge et étudie les parallèles, les échos et la généalogie possible entre l'oeuvre des deux artistes», indique la fondation Gianadda dans un communiqué.

L'exposition s'articule autour d'une dizaine de thèmes: modelé et matière, accident, déformations, groupes, relations au passé, socle, séries, L'Homme qui marche, dans l'Atelier.

Rodin et Giacometti

Les oeuvres du sculpteur français Auguste Rodin (1840-1917) exposées à Martigny «font référence à l'art antique, à la mythologie, mais sont marquées par leur insoumission à l'académie». Son modelé est «énergique» et laisse voir «le travail de la terre glaise sous le bronze».

Le sculpteur et peintre suisse Alberto Giacometti (1901-1966) se caractérise par ses «figures étirées et filiformes». Des figures qui «tiennent à distance, hiératiques, souveraines, comme figées dans l'éternité», note la fondation Gianadda.

Avec les Bourgeois de Calais

Parmi les grandes oeuvres des deux artistes figure L'Homme qui marche. Rodin l'a réalisée en 1907. Il s'agit d'un corps sans tête ni bras, «d'un grand naturalisme», tiré du Saint Jean-Baptiste. L'Homme qui marche de Giacometti date de 1960 et représente une silhouette filiforme, «étirée à l'extrême» et marchant «vers l'inconnu, peut-être vers l'Eternité...».

Alberto Giacometti a suivi l'enseignement de Bourdelle, étudiant et assistant de Rodin. Un jour d'automne 1950 alors qu'il se trouvait dans le parc du fondeur Eugène Rudier au Vésinet (F), Giacometti pose à côté des «Bourgeois de Calais», l'une des oeuvres les plus emblématiques de Rodin.

Partenariat parisien

L'exposition Rodin-Giacometti a été créée en partenariat avec le musée Rodin et la Fondation Giacometti à Paris. Elle puise dans leurs importantes collections. La Fondation Gianadda avait exposé des bronzes et des marbres, des dessins et des aquarelles de Rodin en 1984.

Deux ans plus tard, elle avait présenté une grande rétrospective Giacometti à l'occasion des vingt ans de la disparition de l'artiste. (ats/nxp)

Créé: 27.06.2019, 16h00

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.