Lundi 20 août 2018 | Dernière mise à jour 12:31

Courtelary (BE) Sarah, 13 ans et chercheuse d'or

Détecteur en mains, la jeune fille espère trouver de l’or. Un passe-temps qui la dévore depuis ses 11 ans et qui requiert beaucoup de patience.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des pièces sans valeur pécuniaire composent l’essentiel de son butin, avec ici le bouton d’un militaire et là le plomb d’un sac agricole. «Un diamant était peut-être serti sur cette bague», soupire Sarah. Son passe-temps de détectoriste semble incongru pour une gamine de 13 ans, mais la chasse au trésor est une passion dévorante pour cette écolière de Courtelary (BE).

Quand ses copines sortent leur trousse de maquillage, Sarah enfile sa tenue de camouflage pour sillonner les champs avec un détecteur en main, un casque sur les oreilles, une sacoche et une pelle sur l’épaule. «Jamais je n’aurais sa patience, mais la détection lui donne le goût de l’histoire et qui sait, elle trouvera peut-être une pièce qui finira dans un musée», commente sa maman, Sandra Chiha.

Autorisation officielle

Celui qui a initié Sarah, c’est son beau-père, Massimo Bech: «Le côté décourageant, c’est de creuser beaucoup pour quelques déchets.» Bronze, argent, or, fer, aluminium: son détecteur réagit à tout. Mais Sarah trouve des clous, des tubes et bien d’autres déchets: «Ce nettoyage qui évite des blessures au bétail est apprécié des paysans», rapporte Sarah. Par jour, ce sont deux kilos de métal qui vont à la déchetterie. Munie d’une autorisation officielle, Sarah explore les secteurs attribués par les services archéologiques bernois et fribourgeois. «Mon rêve, c’est de trouver de l’or», glisse-t-elle.

L’autre jour, l’écolière a assisté à une importante découverte qui fera prochainement l’objet d’une publication officielle, mais elle sait garder un secret. Quand elle trouve une pièce à double, comme un 2 ct. de 1937, Sarah peut la garder. Quand elle en trouve une de 2 francs, elle s’achète des sucreries. «On lui demande parfois de retrouver des clés perdues dans un jardin», fait remarquer sa maman.

Sa collection n’a qu’une valeur sentimentale, mais elle alimente aussi sa chaîne YouTube, Sarah détection, conçu pour prodiguer des conseils. Les vidéos, c’est elle qui les réalise, avec son beau-père. «Il faut encourager les détectoristes à reboucher les trous pour éviter qu’une vache ne s’y blesse», dit-elle, sachant que les fouilles s’effectuent à une profondeur de 30 centimètres.

Avec sa soeur

À l’école, elle a trouvé un relais avec un enseignant disposé à lui offrir une petite tribune à l’occasion. Ses camarades ne la raillent pas pour son passe-temps: «Personne ne trouve que je perds mon temps», en conclut Sarah.

Quand elle déploie son détecteur, sa petite sœur Yasmine n’est jamais loin: «Je sais qu’il faut tenir la pelle loin du détecteur, sinon ça sonne sans arrêt», dit-elle. Mais si la cadette partage la passion de Sarah, elle n’a pas la patience de la suivre sur le terrain, excepté autour de la maison: «J’ai trouvé une pièce dans le jardin!» jubile- t-elle, en ignorant que son butin y avait été placé exprès. (Le Matin)

Créé: 16.05.2018, 13h33

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.