Mercredi 26 juin 2019 | Dernière mise à jour 22:59

TV Blaise Bersinger: «En 2019, j'annexe la Hongrie»

Alors qu'il triomphe avec «La nouvelle revue de Lausanne», l'humoriste reprend les rennes de «Mauvaise Langue» dès vendredi sur RTS Un. Interview.

Blaise Bersinger est désormais seul à la présentation. Thomas Wiesel reste dans l'équipe d'auteurs et sera ponctuellement dans la nouvelle rubrique de stand-up.

Blaise Bersinger est désormais seul à la présentation. Thomas Wiesel reste dans l'équipe d'auteurs et sera ponctuellement dans la nouvelle rubrique de stand-up. Image: RTS - Laurent Bleuze

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vous aimez Blaise Bersinger? Bonne nouvelle: il revient dans «Mauvaise Langue», vendredi 11 janvier à 22 h 40 sur RTS Un, après une bonne première saison qui a attiré 48 000 téléspectateurs en moyenne (12,7% de parts de marché). Pour les autres, mauvaise nouvelle: non seulement il est de retour mais c'est lui qui est désormais l'animateur principal de l'émission satirique à la place de Thomas Wiesel.

Tous les vendredis soirs, Blaise Bersinger enchaînera enregistrement en public et scène – il triomphe dans la revue «M3» à Lausanne, notamment dans un sketch brillant sur la VAR (ou «L'avare» de Molière), à voir au Théâtre Boulimie jusqu'au 23 février. Et comme il le dit: il va «en chier»!

Blaise Bersinger, un an après le lancement de «Mauvaise Langue», vous prenez déjà la place du chef, c’est fort!

(Rires.) Oui! C'est un concours de circonstances, comme tous les projets que j'ai ces temps. On réalise que l'émission est cool, Thomas arrête, on me dit que je pourrais la présenter et je réponds: «À fond!»

Sans hésiter?

Sans hésiter.

Vous êtes à l'aise à la présentation?

On verra. En tout cas, ça ne me fait pas peur. Ce qui m'inquiéterait c'est de devoir écrire seul vingt-minutes de gags mais fort heureusement on est toute une équipe. J'étais à l'aise dans mon rôle de sidekick l'an dernier mais je sentais qu'il ne passait pas auprès de tout le monde.

Pourquoi?

Je ne sais pas vraiment. J'entendais parfois qu'on disait «Blaise le malaise». Moi, ça me faisait rire. Le malaise est un humour que j'aime.

Pour quelle raison Thomas Wiesel a-t-il quitté la présentation?

Il était au bout de sa vie et il a voulu faire une pause. Il a préféré ne pas s'impliquer quand on a dû prendre des décisions pour la saison 2 et je crois qu'il était très content que j'accepte de présenter l'émission. Maintenant qu'on reprend, il se trouve qu'il a fini sa pause et qu'il est dans l'équipe d'auteurs. Mais il n'animera pas, il sera ponctuellement dans la nouvelle rubrique de stand-up.

Quelle autre nouveauté retrouvera-t-on dans «Mauvaise Langue»?

Il y aura désormais un invité mais pas forcément chaque semaine. On commence ce vendredi avec Jean-Marc Richard. Sont aussi prévus: Carole Félix, qui est la voix des CFF, et le YouTubeur de 58 ans Jean-Raoul Schopfer.

Voir cette publication sur Instagram

Faut venir ! @mauvaiselanguetv

Une publication partagée par Blaise Bersinger (@blaise.bersinger) le

Peut-on s'attendre à des collaborations avec «120 minutes»?

On est deux familles distinctes avec des cousins qui couchent ensemble, si l'on peut dire. Mais on communique et on se donne des coups de main. Enfin, ce sont plutôt les deux Vincent qui vont nous aider. Moi, j'ai demandé des conseils à Veillon sur la gestion d'une émission hebdomadaire. Ce qui est sûr c'est que nous ne sommes pas des concurrents.

«Mauvaise Langue» sera enregistrée en public chaque vendredi à Lausanne, alors que vous jouez le spectacle «M3 - la nouvelle revue de Lausanne» jusqu’à fin février au Théâtre Boulimie. Comment allez-vous faire?

Je vais en chier! L'enregistrement de «Mauvaise Langue» est à 18 h 30, je me casse à 19 h 30, j'arrive à Boulimie à 19 h 45 et on est sur scène à 20 h 30.

Vous n’avez pas peur d’en faire trop et d’être rapidement usé, comme Thomas Wiesel?

Si. Il faut faire gaffe. Mais maintenant je connais quelqu'un à qui s'est arrivé, alors il me dira comment éviter ça. Au pire: si une semaine je ne peux pas faire l'émission, je ne la ferai pas. Un bon indicateur pour savoir si on commence à vous connaître, c'est la boîte mails. Je reçois de plus en plus de messages de gens ou de salles qui veulent m'avoir. Du style: «Bonjour, mon ami vient de se marier. Il vous aime beaucoup. Est-ce que ça vous irait d'aller bruncher avec nous?»

Vous avez vraiment reçu ce mail?

Oui, récemment...

«M3» est un triomphe critique et public, ça vous surprend?

Oui. Je sentais qu'il y avait une attente à Lausanne mais pas qu'on remplisse au taquet tous les soirs. Et ça tombe bien avant «Mauvaise Langue».

Qu'allez-vous faire une fois la saison 2 de «Mauvaise Langue» terminée, en juin?

Je vais pioncer. J'ai un mois de vacances de prévu. Et on verra, quelques projets s'annoncent. Je ne pensais pas qu'un jour je serai le genre de gars qui dit ça à la presse. En réalité, en 2019, j'ai prévu d'annexer la Hongrie. (Le Matin)

Créé: 10.01.2019, 06h54


Sondage

La vague de chaleur à 40° qui s'annonce cette semaine sur la Suisse vous inquiète-t-elle?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.