Samedi 6 juin 2020 | Dernière mise à jour 22:22

Netflix Il n'y aura pas d'épisode de «Black Mirror» sur la pandémie

Charlie Brooker, le créateur de la série, ne pense pas qu'il soit capable d'écrire une trame sur les événements liés au coronavirus. D'après lui, la situation n'est pas assez dramatique.

«Si vous essayez d'écrire une histoire sur une pandémie qui ravage le monde, et les gens qui se retournent les uns contre les autres, les gens diraient: Euh non, ce n'est pas ça qu'il s'est passé», a expliqué Charlie Brooker au «Guardian».

«Si vous essayez d'écrire une histoire sur une pandémie qui ravage le monde, et les gens qui se retournent les uns contre les autres, les gens diraient: Euh non, ce n'est pas ça qu'il s'est passé», a expliqué Charlie Brooker au «Guardian». Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Charlie Brooker n'utilisera pas la pandémie de coronavirus comme inspiration pour sa série «Black Mirror». La raison? La réaction de la population face à la crise sanitaire et sociale.

Pendant cinq saisons, le scénariste de la série développée par Netflix depuis 2015, s'est intéressé aux effets les plus dramatiques du progrès technologique. Mais alors qu'il est confiné chez lui à Londres, l'auteur a changé de registre et n'écrirait pour le moment que des comédies. C'est en tout cas ce qu'il a déclaré lors d'une interview au «Guardian».

«Je n'écris pas d'histoires sur des sociétés qui se désagrègent, en ce moment, donc vous pouvez en penser ce que vous voulez. Si vous regardez les histoires de dystopies, ça devient du chacun pour soi direct. Mais, dans cette crise, vous pouvez le voir, on se retrouve surtout à regarder «Tiger King» sur son canapé et à s'inquiéter pour son voisin et à lui demander s'il a besoin d'un sac de pommes de terre. Ce qu'on voit en ce moment est beaucoup plus cohérent et rassurant», a-t-il expliqué.

Pas assez réaliste

Charlie Brooker est convaincu que, s'il écrivait aujourd'hui une histoire inspirée par la crise sanitaire du coronavirus, les spectateurs ne pourraient jamais la considérer comme réaliste. «Si vous essayez d'écrire une histoire sur une pandémie qui ravage le monde, et les gens qui se retournent les uns contre les autres, les gens diraient: Euh non, ce n'est pas ça qu'il s'est passé», a-t-il ajouté.

Charlie Brooker est revenu à l'antenne jeudi 14 mai avec «Antiviral Wipe», sur BBC Two, qui s'intéresse au traitement médiatique de la crise sanitaire et à la vie confinée.

Cover Media

Créé: 15.05.2020, 11h12

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.