Mardi 16 juillet 2019 | Dernière mise à jour 22:52

Interview Emilia Clarke: «Mes épreuves m'ont endurcie»

L'actrice a reçu «Le Matin» à New York au lendemain de la première mondiale du 1er épisode de la saison 8 de «Game of Thrones».

Emilia Clarke dans son rôle de Reine des dragons pour les ultimes épisodes de «Game of Thrones» (Image: DR- HBO)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La mère des dragons sera plus que jamais au centre des ultimes épisodes de «Game of Thrones», dont la diffusion démarre dans la nuit de dimanche 14 avril à lundi 15 avril, à 3 h. «Le Matin» a rencontré Emilia Clarke à New York.

Vous avez récemment parlé d'avoir frôlé la mort à cause de deux anévrismes à 24 ans. Pourquoi avoir attendu aussi longtemps pour raconter cela?

Je n'étais pas prête pour partager cette épreuve de ma vie avec le reste du monde. Mais c'est une délivrance aujourd'hui de ne plus avoir à garder ce drame caché. Durant des années, on me demandait comment je pouvais m'identifier à Daenerys et être aussi forte qu'elle. A présent, vous savez pourquoi. Comme Daenerys, mes épreuves m'ont endurcie. Sentir la mort si proche a changé toute ma perspective de l’existence. Avant la fin de «Game of Thrones», j'ai ressenti le besoin de créer une organisation caritative pour aider les autres personnes qui peuvent souffrir du cerveau et je me devais d'être honnête en retraçant mon histoire et mon expérience.

Quel est le but de votre fondation?

SameYou, c'est son nom, veut aider les personnes qui ont souffert de blessures au cerveau à retrouver une vie la plus normale possible. J'ai appris de mon expérience qu'il y a un vide dans l'aide entre l’hôpital et le retour au domicile. A l'hosto, on m'a souvent dit que j'avais de grandes chances de mourir puis presque du jour au lendemain on vous dit de rentrer chez vous. Vous vous retrouvez presque livré à vous-même, après des semaines où l'on vous annonçait entre la vie et la mort. Je voudrais aider les gens qui passent par-là à ne pas avoir peur de demander un soutien pour que la transition vers un retour à la vie quotidienne soit plus assisté.

Parlons de «Game of Thrones». Vous avez terminé le tournage depuis plus de six mois. Qu'est-ce que ça vous a fait de retrouver tous vos partenaires à New York pour la première de l'ultime saison?

C'était une grande fête pour moi car nous avions beaucoup pleuré et nous nous étions dit au revoir au moins 10 fois pendant le tournage. Chaque acteur avait un planning différent donc nous n'avons pas terminé tous le même jour. Après autant de larmes, chacun de nous est progressivement passé à autre chose dans sa vie comme sa carrière ces derniers mois. A la première, nous avons vu ensemble le premier épisode de cette saison 8 et j'avais déjà totalement oublié le scénario. (Rires.) C'était donc fun d'être une simple spectatrice. Le plus dingue était la pression avant le tapis rouge où j'ai passé des heures entre coiffeur et maquilleur puis styliste. Cette pression de donner la meilleure image de soi, c'est quelque chose qui me panique encore.

Le dernier trailer en date de «Game of Thrones»

Que dire de votre expérience à voler sur le dos de dragons ?

C'est dingue car au lieu de rendre les effets spéciaux plus simples au fil des années, cela a été de plus en plus compliqué. Au début, j'avais juste à m’asseoir sur une selle de cheval sur le dos d'un gars en vert qui faisait semblant de gesticuler. C'était très basique et nous tournions dans une petite pièce puisque les dragons et les décors étaient ajoutés par ordinateur. Pour la saison 8, nous avons tourné ces scènes-là dans un hangar d'avion et j'étais à près de 10 mètres de haut sur une coquille verte hydraulique qui bouge de 8 façons différentes. C'est bien simple il a fallu trois jours de tournage pour une séquence de 10 secondes dont je ne n'ai pas le droit de donner de détails avant la diffusion du premier épisode. (Elle fait un clin d’œil.)

La plupart de vos partenaires ont volé un petit souvenir du tournage de «GoT». Et vous?

Je me sens nulle ou trop bonne car je dois être la seule qui n'a rien subtilisé de la série. Il ne me reste que mes souvenirs. J'aurais bien aimé partir avec un dragon mais cela était impossible. (Rires.)

Vous avez tout de même des dragons tatoués sur votre poignet...

Toute l'équipe de la trilogie «Le seigneur des anneaux» s'était fait un tatouage en souvenir de leur tournage épique. Dave et Dan (ndlr.: David Benioff et D.B. Weiss, les deux showrunners) ont lancé cette idée similaire et nous avons tous accepté. Personnellement, je voulais juste attendre l'ultime jour de tournage et il m'a semblé normal de choisir ses petits dragons pour avoir le souvenir de «GoT» a jamais sur ma peau.

Vous êtes tenue au secret, mais pouvez-vous nous dire si vous êtes satisfaite de la manière dont l'ultime épisode se termine?

J'ai toujours fait confiance à nos auteurs et producteurs. Ma plus grande satisfaction n'est pas tant la fin de «GoT» que l'évolution de Daenerys. D'une saison à l'autre, elle a tellement évolué que j'étais juste heureuse d'incarner un personnage qui n'était jamais identique ou ennuyeux. Je n'avais honnêtement aucune attente ou désir pour l'ultime épisode. J'espère juste que nos fans seront satisfaits.

Créé: 10.04.2019, 15h05

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.