Samedi 25 mai 2019 | Dernière mise à jour 20:15

Interview Jack Gleeson: «Après «Game of Thrones» j'ai eu besoin de souffler»

L'interprète de l'inoubliable et ignoble roi Joffrey était ce week-end l'invité de Polymanga à Montreux. «Le Matin» l'a rencontré.

Jack Gleeson à Montreux avec notre journaliste du «Matin», Laurent Flückiger (Image: J-G. Python)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On a tous aimé le détester en ignoble roi Joffrey Baratheon dans «Game of Thrones». Et qui ne s'est pas réjoui de voir sa fin glaçante au début de la saison 4, mort empoisonné, du sang lui sortant par les yeux et les narines? Jack Gleeson, l'acteur qui a incarné le meilleur méchant (avec Ramsay Bolton) de la série phénomène, est pourtant en vrai un adorable Dublinois de bientôt 27 ans, souriant, poli et sans arbalète. Après son départ de Westeros, il n'a aspiré qu'à terminer ses études universitaires et faire du théâtre en amateur.

Nous avons rencontré Jack Gleeson lundi à Montreux à l'occasion de sa venue à Polymanga, où il a donné durant deux jours des conférences et des séances de dédicaces à des centaines de fans qui n'étaient pas loin de perdre la tête.

Avez-vous regardé le premier épisode de la dernière saison de «Game of Thrones»?

Oui, je l'ai regardé! J'ai eu la chance d'être invité à la première à New York, il y a environ deux semaines. je n'étais pas très à jour avec certains personnages et intrigues. Mais j'y suis allé avec un ami qui est un immense fan de «Game of Thrones» et qui m'a raconté tout ce que je devais savoir. L'épisode était génial.

C'était la première fois que vous revoyiez vos anciens collègues depuis votre départ de la série?

Oui, pour la plupart. Il y a aussi des gens avec qui je n'ai jamais joués et que je n'avais croisés qu'à l'hôtel, à l'époque. À New York, j'ai rencontré Rory McCann (ndlr.: le Limier) que je n'avais pas revu depuis cinq ans et Sean Bean (Ned Stark), ça faisait presque dix ans! C'était bien.

Comment se terminera «Game of Thrones»? Quelle est votre théorie?

Il y en a une qui me plaît que j'ai entendue il y a plusieurs années au Comic Con. Je pense que ça serait cool s'ils font fondre le trône de fer qui est fait en acier valyrien et qu'ils l'utilisent pour tuer le Roi de la nuit et les Marcheurs blancs. Du coup, le trône n'existerait plus. Ou alors le Roi de la nuit va gagner! Je ne sais pas! (Rires.)

Crédit photo: Jean-Guy Python

Revenons dix ans en arrière. Comment avez-vous appris qu'une série du nom de «Game of Thrones» cherchait des acteurs?

J'étais dans une petite agence, je faisais des cours d'art dramatique. La propriétaire de l'école, à Dublin, a reçu un email du directeur de casting de «Game of Thrones». J'imagine qu'ils étaient obligés d'engager un certain nombre d'acteurs irlandais pour avoir droit à des réductions de taxe en tournant en Irlande, ce qui était ma chance. On m'a dit d'aller faire une audition, et je n'ai pas pensé que je décrocherai un grand rôle. J'y suis juste allé et j'ai fait de mon mieux.

Racontez-nous le déroulement de cette audition.

C'était une scène du premier épisode où je parlais à Jon Snow et... quel est le nom du personnage joué par Richard Madden? Robb Stark! L'audition a duré cinq minutes. Je crois que je m'en suis bien sorti. Dan et Dave (ndlr.: D.B. Weiss et David Benioff, les créateur de la série) étaient présents et ils ont ri à mon interprétation de Joffrey. J'ai pensé que je les avais fait réagir comme il fallait.

Votre vie a alors changé du jour au lendemain...

Oui! Mais quand j'ai entendu que j'avais en fait été retenu pour jouer dans une série et que ça serait filmé durant mes examens pour entrer à l'université, j'ai dit que je ne pourrais pas. J'étais très contrarié. Puis ils ont changé les dates de tournage pour différentes raisons et tout est rentré dans l'ordre. Je suis passé par toutes les émotions.

Votre personnage, Joffrey, a eu un tel impact sur les fans de la série! Comment avez-vous travaillé votre rôle?

(Rire gêné.) Je crois que le fait que le personnage soit si bien écrit, dans les livres de George. R.R. Martin et dans la série, m'a aidé. À la lecture d'une scène, je pouvais déjà imaginer à quoi elle ressemblerait. Et puis en mettant le costume, la couronne, les bagues et en allant sur ce plateau incroyable s'asseoir sur le trône de fer, c'est plutôt facile de se mettre dans la peau du personnage.

Quelle est votre scène préférée et quelle a été la scène la plus difficile à jouer?

C'est probablement la même scène, celle où je meurs. J'ai vraiment aimé la tourner parce que j'étais au centre de l'intrigue et ça représentait un vrai défi. Il fallait que je remplisse les attentes et en fait, techniquement, le choc de ma mort était difficile à rendre crédible.

Crédit photo: HBO

Après cette scène, c'en était terminé de «Game of Thrones» pour vous. Qu'est-ce qui se passait dans votre tête à ce moment-là?

Tout n'est pas nécessairement filmé dans l'ordre. En réalité, j'avais encore deux ou trois petites scènes à tourner. Mais c'était magnifique, nous étions à Dubrovnik en Croatie et de nombreux acteurs étaient présents. C'était une belle façon de dire au revoir.

Après «Game of Thrones», vous avez décidé d'abandonner le métier de comédien. Pour quelle raison?

En fait, je n'ai jamais vraiment abandonné. J'ai une troupe de théâtre à Dublin et je joue et je produis des pièces, ce qui me plaît beaucoup. Mais si on parle de rôles à la TV ou au cinéma, vous avez raison. Je ne sais pas... «Game of Thrones» est si incroyable que j'avais besoin de souffler un peu.

Vous prenez souvent part à ce genre d'événements comme Polymanga?

Ces quatre à cinq dernières années, oui. C'est une partie sympathique de ma vie.

Que vous disent les fans que vous rencontrez?

Qu'ils adorent haïr Joffrey. Il détestent le personnage mais ils aiment mon interprétation, c'est gratifiant pour un acteur. C'est une relation d'amour-haine.

Allez-vous regarder les prochains épisodes de «Game of Thrones»?

Je pense, oui! Mes colocataires adorent la série et tous les lundis ils organisent une soirée pour la regarder ensemble avec des amis.

Que peut-on vous souhaiter pour l'avenir?

Plus de travail avec la troupe de théâtre. Nous organisons un festival en Irlande depuis quelques années, c'est amusant. Et peut-être de retourner à la TV ou au cinéma. Mais je n'ai pas encore pris ma décision. (Le Matin)

Créé: 23.04.2019, 06h48

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.