Mercredi 19 février 2020 | Dernière mise à jour 11:25

TV Rencontre avec la nouvelle bombe de la série «FBI»

M6 diffuse dès ce jeudi soir les enquêtes d'une équipe d'agents spéciaux à New York. Interview de son actrice principale, Missy Peregrym.

Images: Festival de Télévision de Monte-Carlo. Montage: Laura Juliano.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les téléspectateurs la suivent peut-être déjà le dimanche soir sur RTS1. Depuis quelques semaines, une nouvelle série appelée «FBI» est apparue. M6 la diffuse à son tour ce jeudi 9 janvier dès 21h05 à raison de trois épisodes.

Le pitch est simple: ce sont les enquêtes d'une équipe du FBI à New York. Le rythme est effréné et les épisodes se laissent facilement regarder. Particulièrement dans le désordre et quand on a la flemme de zapper sur autre chose. La description vous rappelle quelque chose? Normal. Dick Wolf, l'homme derrière la franchise «Law and Order» (dont il subsiste «New York, unité spéciale») et tous les «Chicago» («Fire», «Police», «Med», «Justice») en est le créateur. Et qui a l'honneur de porter la série? Missy Peregrym.

La Canadienne de 37 ans a été découverte en policière débutante dans «Rookie Blue», en 2010, et a été mariée six mois à l'acteur Zachary Levi en 2014. Dans «FBI,» Missy Peregrym joue Maggie Bell, agent spécial dont le mari est décédé. Nous avions rencontré l'actrice en juin dernier au Festival de la Télévision de Monte-Carlo.

Que connaissiez-vous de l'univers de Dick Wolf avant de participer à FBI?

J'ai été guest star dans «New York, unité spéciale» (ndlr.: en 2017), c'est comme ça que j'ai connu ce qu'il a fait. Mais pas plus que ça, en réalité. Je ne regarde pas beaucoup la télévision, du moins les séries procédurales. J'en sais plus maintenant. (Sourire.) C'est incroyable que quelqu'un comme lui continue de lancer autant de choses à la télévision. Particulièrement maintenant alors que c'est si difficile de faire une série qui a 22 ou 24 épisodes par saison.

La bande-annonce de «FBI»

Il existe un tas de séries mettant en scène le FBI. Qu’est-ce que la vôtre a de plus que les autres?

Je ne peux pas dire précisément, car je n'ai pas vu les autres. Mais, dans «FBI», nous allons à l'intérieur même du bureau, nous montrons comment ils résolvent les enquêtes, la technologie qui leur permet d'obtenir des réponses et de trouver rapidement les personnes recherchées. À la fin de la journée, vous aimez les personnages et vous avez envie de les voir traquer les criminels. Ou pas. C'est la spécificité de «FBI»: vous pouvez avoir la même série mais des acteurs différents et ce sera tout autre chose.

La technologie a en effet une part importante dans «FBI».

Très importante. Il y a la balistique, la façon dont ils analysent une scène de crime, la forensique. Tout va très vite, nous avons seulement quarante-cinq minutes pour résoudre une affaire.

La série est-elle réellement tournée à New York? Comment se déroule une journée de tournage?

Oui, c'est bien à New York, et l'hiver il fait parfois vraiment très froid. Une journée de tournage? Cela dépend du trafic et du lieu de tournage. Zeeko et moi mettons trente minutes pour nous rendre sur place, parfois une heure trente. Nous filmons entre quatorze à quinze heures par jour pour quatre à cinq scènes, selon s'il y a de l'action, des cascades.

Comment est-ce de tourner dans les rues de New York, avec tous ces passants?

Hilarant. Quoique, parfois, ce n'est vraiment pas drôle quand vous voulez vraiment terminer une scène et que ce n'est pas possible. Mais j'aime bien le fait que les gens à New York sont du genre «dégage de mon chemin». J'étais nerveuse à l'idée de déménager dans cette ville car c'est bruyant, très animé, ça surchauffe tout le temps. En réalité, les gens sont fantastiques et c'était une surprise de découvrir combien j'adore y vivre.

Qui est Maggie Bell, le personnage que vous jouez dans «FBI»?

Elle était policière durant cinq ans et maintenant elle est agent du FBI depuis six ans. Elle sait très bien ce qu'elle fait, elle est emphatique. À côté de ça, elle se sert de son job pour cacher le deuil qu'elle traverse – son mari est mort. Elle a peur que tout ça ressorte et qu'elle ne puisse plus faire son travail. Dans la saison 1, elle cherche aussi à savoir ce qui lui est arrivé.

Que pouvez-vous nous dire de votre binôme, l’agent Zidan?

Il est nouveau, il n'est là que depuis trois mois. Dans les premiers épisodes, Maggie et Zidan apprennent donc à se connaître. C'est un militaire et son instinct est à l'opposé du sien. Maggie suit les règles et fait la paperasse. Il y en a beaucoup mais on ne montre pas la paperasse durant les quarante-cinq minutes, ça serait ennuyeux. Zidan est très réactif et ça leur cause des problèmes à tous les deux.

Il y a un côté Mulder et Scully, non?

Peut-être. On sera probablement davantage dans cette dynamique dans la saison 2.

Y aura-t-il des crossovers entre «FBI» et «New York, unité spéciale» ou entre «FBI» et les séries se passant à Chicago?

Je ne sais pas mais il y en a un avec «FBI Most Wanted», qui est un spin-off de «FBI» (ndlr.: diffusé pour la première fois mardi 7 janvier sur CBS). C'est une série très différente de la nôtre. Les agents parcourent tout le pays pour trouver les personnes qu'ils recherchent. Nous, nous restons à New York.

Avez-vous le temps pour d'autres projets?

(Elle éclate de rire.) Non, non! Aussitôt que j'ai fini tous les tournages, je vais dormir. Pour très longtemps. C'est génial de faire ce job, mais c'est aussi le plus difficile que j'ai fait de ma vie.

Laurent Flückiger, Monte-Carlo

Créé: 09.01.2020, 10h17

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.