Dimanche 15 septembre 2019 | Dernière mise à jour 09:45

RTS Philippe Revaz: «Le «19h30», c'est un truc de fou!»

Le Valaisan, 44 ans, deviendra le nouveau présentateur du TJ du lundi au jeudi dès le 26 août, alors que Darius Rochebin rejoint les journaux du week-end. Sa patte: amener de la convivialité.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sa photo est en grand dans le dossier de presse de la rentrée 2019 que nous remet ce mardi 20 août la RTS au 16e étage de ses bureaux, à Genève. Philippe Revaz, 44 ans, ex-producteur de «Forum» sur La Première, tient dans ses mains des fiches au logo de la grand-messe de la Télévision romande. «Le «19h30» et les journaux du week-end évoluent avec une nouvelle équipe et un studio réaménagé», annonce la chaîne.

En réalité, de «nouvelle équipe», il faut comprendre: Darius Rochebin rejoint les éditions du week-end qu'il présentera en alternance (deux week-ends sur trois) avec Jennifer Covo, tandis que les clés du «19h30» de la semaine sont remises au «petit» nouveau.

Philippe Revaz n'est pas présent à la conférence de presse. «Il fait des journaux à blanc», nous explique-t-on. Nous le rejoignons dans les bureaux de l'actu. Fraîchement rentré, en juin, de ses cinq ans en tant que correspondant à Washington, le journaliste valaisan découvre gentiment les lieux. «Il doit y avoir une petite salle juste là», dit-il. Nous nous installons.

Philippe Revaz, comment imaginez-vous que vous vous sentirez le lundi 26 août à 19 h 29?

Il y aura de la pression, bien sûr. C'est un truc de fou, quand même. Je n'ai juste pas envie de me brouter sur les premiers mots. Cette semaine, on fait des émissions zéro, on teste des nouvelles manières de présenter: assis, debout...

Et? Vous présenterez le «19h30» assis ou debout?

Il y aura un peu des deux, ça donne plus de dynamisme.

Que préférez-vous pour votre premier JT: une grosse actualité à la dernière minute ou le sommaire tel que vous l'avez prévu?

Ce métier est toujours plus facile quand il y a une grosse actualité, on doit moins se creuser la tête et tout le monde se mobilise. Mais ça ne sera sûrement pas ça. En radio, à «Forum», je savais exactement quand je devais commencer à stresser. Pour le «19h30» je dois encore apprendre le déroulé de la journée et la gestion du temps. Je sais qu'elle commence à 8h30 et se termine à 20h. C'est long mais c'est normal car je ne serai pas seulement présentateur mais aussi producteur, je participerai à l'élaboration du produit.

Comment vous vous en sortez avec le prompteur?

C'est une drôle de bête que je commence gentiment à apprivoiser. (Rires.) Il n'y a pas moyen de l'éviter. On ne peut pas avoir des fiches et les lire. Mais toute la difficulté est d'avoir l'air naturel.

Ça ne vous fait pas peur d'avoir désormais un rôle de passe-plat?

Je l'avais déjà à «Forum» et j'aurai toujours des interviews en direct. La manière d'écrire une intro est fondamentale, c'est là qu'on met sa patte, qu'on joue sur les rythmes. La vraie différence, c'est qu'il faut être plus concis et plus efficace.

Ce sera quoi la patte Revaz?

J'aimerais apporter de la convivialité, de la vie, du direct et pourquoi pas un peu plus de culture. Après, je suis un fan de politique suisse, donc ça va forcément se voir.

Comment allez-vous gérer les comparaisons avec Darius Rochebin?

J'ai déjà tout entendu. Je dois faire abstraction de tout ça. Le but est d'être moi-même. Mais de toute façon ce sont des comparaisons avec quelqu'un qui est toujours là. Le dimanche soir quand vous allumerez votre TV, la plus grosse audience, ce sera Darius. J'espère que nous serons complémentaires.

Prêt à ce qu'on vous reconnaisse dans la rue?

C'est un grand saut dans l'inconnu et c'est ce qui m'a fait peur avant d'accepter le poste. D'ailleurs, j'avais dit toujours dit que je ne ferais jamais ça. Mais le rédacteur en chef m'a convaincu. C'est sûr que je serai moins libre de monter sur une table en brandissant mon verre au Comptoir de Martigny. (Rires.) J'apprends.

Dites-nous en plus sur la nouvelle formule et le nouveau décor du TJ.

Il y a une table plus petite, pour avoir les gens plus proches, un côté plus intimiste. C'est quelque chose qui me tenait à cœur. Le but est de faire moins cathédrale, moins blanc, moins aseptisé. On devrait avoir plus d'infographies et on travaille aussi sur la réalité augmentée.

Prêt à travailler à Lausanne en cas de déménagement de l'actu en 2024?

(Rires.) J'ai un avantage, je suis Valaisan et j'ai vécu à Fribourg, Lausanne, Genève et Washington. Je suis assez mobile.

Quelle sera votre petite touche visuelle à l'écran?

On a décidé de garder la cravate. Sinon ça distrairait. Je préfère mettre ma patte dans la manière de raconter les choses.

Créé: 20.08.2019, 16h53

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.