Dimanche 19 mai 2019 | Dernière mise à jour 08:55

Vert La RTS veut semer des graines dans toute la Suisse romande

Le sympathique projet «Mission B», qui vise à préserver la biodiversité, est l'une des nouveautés présentées mardi par l'entreprise. Mais ce n'est pas tout.

Le projet «Mission B» sera lancé le 20 mars prochain.

Le projet «Mission B» sera lancé le 20 mars prochain. Image: RTS

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Surprise, mardi matin, en ouvrant le dossier de presse de la conférence de presse de la RTS sur ses audiences 2018 et ses nouveautés 2019, on y découvre un sachet de graines estampillé «Mission B». L'entreprise romande va-t-elle présenter des chiffres si faramineux qu'elle se permet une petite pique à ses confrères, du style «prenez-en de la graine»? «L'opération «Mission B», lit-on, a pour objectif de créer 1 million de m2 de biodiversité en Suisse. En plantant ces graines, vous contribuez à 3 m2 de terrain fleuri.» Ouf, ce n'est pas un message subliminal mais bien une mission, et c'est l'une des nouveautés de cette année.

Des nichoirs comme inspiration

Inspirée d'une opération finlandaise qui visait à installer un million de nichoirs à oiseaux, «Mission B» vise, elle, à recréer des espaces verts partout où c'est possible. Ainsi, la population est invitée ce printemps à planter des graines et à documenter son action sur une plate-forme nationale commune (toutes les régions linguistiques sont impliquées) qui recense les surfaces refleuries et où l'on trouvera notamment des tutoriels. Balcons, jardins, champ, toit végétalisé, tout est bon à prendre. L'objectif de 1 million de m2 doit être atteint cet été déjà.

«Un autre manière de faire du journalisme»

«Ce n'est pas une émission mais une invitation», décrit Mario Fossati, chef de projet. En effet, «Mission B» sera disséminé à petite touches dans les bulletins météo de la RTS, dans «Monsieur Jardinier» ou «Couleurs locales», par exemple. Mais est-ce le rôle de la RTS d'inviter à planter sa petite graine? «Oui, répond-il. Parce que c'est une problématique importante et préoccupante pour les gens. On s'est rendu compte que ça parlait au public et qu'il avait besoin d'informations pratiques, de connaître les gestes du quotidien. C'est une autre manière de faire du journalisme.» Et Mario Fossati d'insister: «On a rencontré beaucoup d'acteurs qui ont déjà cette mission de préservation de la biodiversité depuis des années. Simplement, ils nous ont dit être très mauvais à communiquer sur le sujet.» Si le projet est un succès il sera renouvelé en 2020.

Les 5 présentateurs-producteurs de Forum nouvelle mouture (de g. à dr.): Pietro Bugnon, Esther Coquoz, Elisabeth Logean, Renaud Malik et Mehmet Gultas

«Forum» à la TV

Autre nouveauté notable présentée ce mardi, «Forum», l'émission de La Première, qui devient trimédias: dès le 3 juin, elle ne sera plus seulement diffusée à la radio à 18 h mais aussi sur RTS Deux et RTS Info. C'est d'ailleurs toute la rubrique information qui va connaître un développement transmédias dans les quatre ans à venir. «Car, de plus en plus, pour être entendu, il faut être vu», explique Christophe Chaudet, le chef du département de l'Actualité et des Sports, qui insiste: «Ce n'est pas de la radio filmée.» Un studio de diffusion est en cours d'aménagement à La Sallaz, à Lausanne.

«Temps Présent» a déjà 50 ans!

L'année 2019 est enfin celle d'un bel anniversaire: les 50 ans de «Temps Présent», ce qui en fait l'un des plus vieux magazines d'actualité d'Europe (avec notamment «Panorama» sur la BBC) et l'une des dernières à avoir conservé le couple journaliste-réalisateur. «Il y a un rapport de confiance entre le public et l'émission, dit Jean-Philippe Ceppi, producteur de l'émission, au sujet de ce demi-siècle de succès. «Moi-même, je regardais «Temps présent» quand j'étais gamin et la marque est encore familière aux jeunes, assure-t-il. Notamment aux segundos, parce qu'ils saluent une forme de courage journalistique. Je crois qu'elle favorise l'intégration.» D'ailleurs, «Temps présent» se défend, en moyenne, deux fois par an devant l'Autorité indépendante d’examen des plaintes en matière de radio-télévision (AIEP).

Pour célébrer ses 50 ans, «Temps Présent» proposera 5 reportages tous nourris d'interrogations sur le chemin parcouru par son public durant cette période: sur le pouvoir d'achat, le monde du travail, les jeunes et l'emploi, la migration (italienne, en particulier) et le coming-out tardif. Coup d'envoi: le 18 avril. (Le Matin)

Créé: 12.03.2019, 18h08

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.