Dimanche 19 mai 2019 | Dernière mise à jour 21:47

TV Séries: que regarder en avril?

Rien qu'avec la fin de «Game of Thrones», ce mois est le plus attendu de l'année. Espérons que Gad Elmaleh ne plombe pas l'ambiance avec «Huge in France».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Entre mars et avril, on va de la table au lit.»

Qu'importe si on suit ce dicton breton à la lettre ou si on préfère regarder des séries dans un fauteuil, il y a du choix pour toutes les positions ce mois-ci.

«THE TWILIGHT ZONE» (1er avril, CBS All Access)

Le pitch: Une nouvelle version de la mythique série «La Quatrième Dimension» (1959-1964). Avec un format anthologique et des histoires surnaturelles, étranges et angoissantes au programme.

Notre avis: Même les nostalgiques du message «Préparez-vous à entrer dans la quatrième dimension» seront difficiles à captiver depuis que «Black Mirror» a changé tous les codes. Mais Jordan Peele («Get Out», «Us») est à la narration et cela pourrait suffire à créer la surprise.

«VERNON SUBUTEX» (8 avril, Canal+)

Le pitch: Vernon Subutex, disquaire au chômage, se fait expulser de son appart. En quête d’un endroit où dormir, Vernon sollicite d’anciens amis, dont Alex Bleach, rock star sur le retour. Mais quand celui-ci meurt d’une overdose en lui laissant trois enregistrements vidéos mystérieux, Vernon devient l’un des hommes les plus recherchés de Paris.

Notre avis: Adaptée de la célèbre trilogie de Virginie Despentes, vendue à plus de 500 000 exemplaires, la série est portée par Romain Duris et réalisée par Cathy Verney («Hard»). Elle est tout simplement immanquable même pour ceux qui n'ont pas lu livres.

«FOSSE/VERDON» (9 avril, FX)

Le pitch: L'histoire d'amour (vraie) entre le chorégraphe Bob Fosse et la danseuse Gwen Verdon, qui ont changé la face du monde du spectacle aux Etats-Unis et en ont payé le prix...

Notre avis: Broadway, «Cabaret», «Chicago», Liza Minnelli, «All That Jazz», la sueur, la danse, l'amour, la violence, tout ça dans une seule série portée par Sam Rockwell et Michelle Williams: c'est un grand «oui»!

«HUGE IN FRANCE» (12 avril, Netflix)

Le pitch: Gad est un artiste célèbre... en France. À un tournant de sa vie, il décide de tout plaquer et s’installe à Los Angeles dans l’espoir de renouer des liens avec son fils de 16 ans dont il a été séparé, aujourd’hui devenu mannequin, et qui déteste la comédie. Il devra y arriver sans pouvoir faire appel aux avantages de la célébrité.

Notre avis: Dans cette comédie inspirée de son expérience dans le milieu du stand-up aux Etats-Unis où il s'est expatrié le temps d'une tournée, Gad Elmaleh est acteur (parlant anglais). Mais il aussi l'auteur, le producteur et le cocréateur. Encore faudra-t-il que ceux qui regardent la série le croient sur parole...

«GAME OF THRONES», 8e et dernière saison (14 avril, RTS)

Le pitch: Qui montera sur le Trône de fer?

Notre avis: La question aura enfin sa réponse. Ou pas. Et si, après six ultimes épisodes, le final de la plus grande série des dix dernières années refroidissait ses fans à tout jamais? Reste la question subsidiaire (attention spoiler!): comment Jon Snow réagira quand il apprendra que Daenerys est sa tante?

«GENTLEMAN JACK» (22 avril, HBO)

Le pitch: Anne Lister, propriétaire terrienne homosexuelle, veut briser les conventions sociales et épouser une riche héritière nommée Ann Walker pendant la Révolution industrielle.

Notre avis: La Grande-Bretagne connaît très bien Anne Lister pour son journal et sa réputation de première lesbienne moderne. Ici, on a plutôt été biberonné à «Lady Oscar». Mais avec Suranne Jones («Doctor Foster») dans le rôle principal et l'ambition que l'on connaît de HBO et de la BBC, ce biopic devrait avoir un écho au-delà de la Manche.

«CHAMBERS» (26 avril, Netflix)

Le pitch: Une jeune femme qui a survécu à une crise cardiaque devient totalement obsédée par le mystère entourant le cœur qui lui a sauvé la vie. Cependant, plus elle se rapproche de la vérité concernant les circonstances de la mort de son donneur, plus elle commence à développer des traits de caractère propres au défunt en question, dont certains sont de l'ordre du sinistre.

Notre avis: Pour sa première collaboration avec Netflix, Uma Thurman est à l'affiche d’une «histoire d’horreur psychologique qui explore les différentes façons dont nous assimilons et vivons un traumatisme», comme le décrit sa créatrice, Leah Rachel. Pour le reste, le secret est bien gardé par la plate-forme. (Le Matin)

Créé: 30.03.2019, 15h16

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.