Mardi 12 novembre 2019 | Dernière mise à jour 23:54

Série «Twin Peaks», la résurrection qu’on n’osait espérer

Les deux premiers épisodes de la troisième saison d’une série interrompue il y a 25 ans ont été présentés jeudi à Cannes. Lynchiens en diable.

La bande-annonce de la saison 3 de «Twin Peaks».
Vidéo: Showtime

Chronique cannoise: «Et si on faisait l’impasse?»

Après une semaine passée dans les salles cannoises, la lassitude commence à se faire sentir. La faute à cette climatisation qui en expédie plus d’un devant le comptoir des pharmaciens de la rue d’Antibes.

La faute surtout à la séance de 19 h, ce rituel qui prive immanquablement le critique de cinéma d’un spectacle revigorant: celui de l’instant où le soleil s’enfonce dans la Grande Bleue tandis que la Croisette s’illumine telle la plus fastueuse vitrine hollywoodienne de la galaxie.

Pour voir ça donc, il faut courber la séance du soir. Une chose impensable en début de parcours, infiniment tentante ensuite, quitte à reprendre le chemin du palais la nuit tombée, pour traîner du côté de Cannes Classics par exemple…

Ce mercredi soir-là justement, nombreux sont les journalistes à envisager une balade en bord de mer. Le film ukrainien programmé dure près de 150 minutes. De quoi sombrer dans un sommeil profond, même pas réparateur! Heureusement, une petite voix remet tout le monde dans le droit chemin: «Et si ce truc inconnu, c’était la future Palme?»

Ne voulant prendre aucun risque, la majorité de la critique cède à ses vieilles habitudes, pousse, se bouscule face à la barrière et remplit une fois encore la salle du parterre au balcon.

Deux heures et trente minutes plus tard, la lumière se rallume sous une pluie de sifflets. Caramba, encore raté!

Jean-Philippe Bernard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans l'histoire des séries télé, l’événement a son importance: 25 ans après, «Twin Peaks» est de retour. Le tandem Frost/Lynch s’est reformé pour concevoir une troisième saison. Une grand partie de la distribution a été réengagée. Quelques nouvelles têtes sont venues compléter l’entreprise. Dix-huit épisodes – cette fois tous réalisés par David Lynch – ont été tournés. L’équipe ainsi reformée a eu les honneurs, jeudi, du tapis rouge du Festival de Cannes. Les deux premiers épisodes, présentés sur la Croisette dans les conditions offertes aux plus prestigieux longs-métrages de cinéma, ont été ovationnés.

Au centre, David Lynch et Kyle Maclachlan sur le tapis rouge du Festival de Cannes 2017. (Isabelle Vautier/Visual)

Retour vers le futur

Souvenons nous. Il y a 25 ans était diffusé l’ultime épisode de la saison 2 de «Twin Peaks», la série qui a prouvé qu’il était possible d’explorer avec succès des territoires hors-normes dans le système ultra formaté et perclus de publicités de la télévision américaine. Une série qui a révolutionné la fiction sur le petit écran et ouvert un âge d’or dont on mesure encore les effets aujourd’hui. Mais la première étape de cette révolution, comme souvent, s’était achevée sur un goût amer. La production d’alors ayant imposé, contre l’avis des timoniers Mark Frost et David Lynch, que l’identité de l’assassin de Laura Palmer soit révélée en tout début de saison 2, cette dernière s’était retrouvée comme une poule à qui on a coupé la tête. De plus en plus boudés par le public après avoir suscité un engouement hors-norme, les épisodes qui suivirent trahissaient la déception et le désinvestissement de leurs auteurs. Et malgré son «cliffhanger» – littéralement une situation qui nous laisse au bord de la falaise –, la série fut jetée dans la fosse commune des shows tués sur l'autel de la rentabilité.

Le cadavre bouge à nouveau

Retour au présent: le temps a été doux pour «Twin Peaks» au point de réveiller l'envie de tourner la suite. Les deux premiers épisodes de la saison 3 ont déjà été diffusés aux Etats-Unis sur la chaîne Showtime et, depuis le 25 mai, sur Canal+. Nous les avons vus. Avec une petite peur au ventre, pour ne rien cacher, tant on craignait que l’aventure ne prouve une nouvelle fois que toute vieillesse est un naufrage et que certains cadavres ne devraient jamais être déterrés. Nous voilà déjà partiellement rassurés à défaut de pouvoir être totalement fixés (nous le seront après la vision de l’épisode ultime). Mais en attendant, un constat: Lynch is back. Il n’a rien perdu. Ni son humour habilement dissimulé sous un masque de sérieux imperturbable, ni son sens de la peur diffuse, ni son art de projeter son inconscient sur le nôtre, ni sa géniale lenteur.

Le premier épisode commence là où s’achevait le dernier de la saison 2: dans les limbes de l’esprit qui comme chacun le sait est cloisonné de lourdes tentures rouges et couverts de moquettes ornée de motifs en zig zag. Ici, le fantôme de Laura Palmer (Sheryl Lee) chuchote à l’agent Cooper (Kyle Maclachlan) que les retrouvailles auront lieu dans 25 ans.

Puis, la musique du générique (pareil mais différent), toujours signée Angelo Baldalamenti, nous met en transe. Retour enfin dans la loge onirique. L’agent Cooper est toujours hors du monde rationnel, assis dans un désuet fauteuil en cuir. Il a pris un méchant coup de vieux. Les séquence suivantes sont plus réalistes. Elles se déroulent dans la ville fictive de Twin Peaks, dans ses environs et aussi à New York, dans un étrange laboratoire surveillé par un étudiant. A l’intérieur, une cage en verre vide, bardée de capteurs et entourée de caméras.

Femme à la bûche

Tout est bizarre, peu est expliqué. Pas grand chose ne sera révélé au terme du deuxième épisode. Lynch prend son temps. Il pose les décors. Il tisse les trames. Il compose des plans saisissants. Sa ferme insistance crée la tension mais jamais il ne s’enferre dans un dispositif purement cérébral: il y a aussi des meurtres, des cadavres, de l’adultère, des policiers, une enquête, du surnaturel, un soupçon de cocasserie, et aussi la femme à la bûche, une amie de 25 ans. Mais, à la veille de découvrir les épisodes 3 et 4, nous voilà de nouveau au bord de l'abîme.

Ou veulent nous mener Mark Frost et David Lynch? Tiendront-ils sur la durée? Ce sont ces questions délicieusement irrésolues qui nous hameçonneront ces prochains jours.

Créé: 26.05.2017, 13h55

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.