Jeudi 19 septembre 2019 | Dernière mise à jour 07:50

Futur 2019, l'embarquement pour l'espace

Deux sociétés annoncent les premiers vols spatiaux à l’intention des touristes pour l’année prochaine.

Virgin Galactic est bientôt prête à «offrir» le grand frisson. Tout comme sa concurrente Amazon.

Virgin Galactic est bientôt prête à «offrir» le grand frisson. Tout comme sa concurrente Amazon. Image: HO/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le compte à rebours est enclenché. Dès 2019, il sera possible, pour M. et Mme Tout-le-monde, de s’envoler… vers l’espace. À condition, toutefois, d’avoir entre 200 000 et 250 000 francs à dépenser pour un aller-retour.

Deux entreprises privées – les plus avancées sur le marché de ce tourisme spatial – viennent en effet d’annoncer qu’elles ne sont plus qu’à quelques mois d’inaugurer leurs premiers vols extraterrestres avec des clients privés. D’un côté, Virgin Galactic, fondée par le milliardaire britannique Richard Branson; de l’autre, Blue Origin, de Jeff Bezos, patron d’Amazon.

Des minutes qui valent de l’or

Concrètement, il n’est pas question de viser Orion, Mars, ou même la Lune. L’expérience en apesanteur de ces touristes de l’espace ne durera que quelques minutes. Chez Virgin Galactic, six passagers et deux pilotes s’installeront à bord du SpaceShipTwo VSS Unitity, qui sera attaché sous un avion porteur, baptisé White­KnightTwo. Le vaisseau sera largué à une altitude de 15 000 mètres, où il allumera ses moteurs-fusées en direction le ciel. Les passagers flotteront alors en apesanteur plusieurs minutes, avant d’amorcer une descente, ralentie par un système d’«empennage» (les ailettes de la queue du vaisseau pivoteront et le vaisseau se cambrera avant de revenir à la normale). Puis l’appareil se posera sur une piste d’atterrissage.

Où en est-on aujourd’hui? En octobre 2014, le vaisseau de Virgin s’est brisé en vol, à cause d’une erreur de pilotage, tuant un des deux pilotes. Depuis, les tests ont repris avec un nouvel appareil, qui a atteint une altitude de 35 km en mai dernier. Aujourd’hui, quelque 650 clients sont sur la liste d’attente, dont Richard Branson en personne.

Fusée verticale

Autre approche pour la société Blue Origin, qui a développé un système ressemblant, lui, aux fusées traditionnelles: le New Shepard. Six passagers prendront place dans les sièges d’une «capsule» – une cabine fixée au sommet d’une fusée verticale de 18 mètres de hauteur. Une fois propulsée dans l’atmosphère, la capsule se détachera et continuera sa trajectoire quelques kilomètres dans le ciel.

Alors que la fusée redescendra sur terre à la verticale, les passagers resteront plusieurs minutes en apesanteur, avant de retrouver le sol, ralenti par trois grands parachutes et des rétrofusées. Et où en est-on pour ce projet? Lors d’un dernier test, le 29 avril, la capsule a atteint 107 kilomètres de hauteur pour un vol d’une durée de 10 minutes. À ce jour, seuls des essais avec des mannequins ont été réalisés, mais, d’ici peu, d’autres auront lieu avec des humains.

Seize crépuscules par jour

Pour le véritable tourisme, avec voyage et séjour dans une station spatiale en orbite, il faudra un peu plus de patience… et d’argent. La société Orion prévoit en effet d’offrir pour 7,7 millions d’euros un voyage de 12 jours dans le premier hôtel (de luxe s’entend!) dès 2022. Pour vous mettre l’eau à la bouche, le temps que vous économisiez, voilà ce que promet la plaquette de réservation, en plus de l’exaltation de l’apesanteur. L’avantage de faire le tour de la terre en 90 minutes pour voir 16 levers et couchers de soleil par jour.»

Créé: 19.07.2018, 09h47

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.