Samedi 21 septembre 2019 | Dernière mise à jour 15:30

Exotisme A 50 km de Marrakech, skier sur le Haut-Atlas

Par temps clair, les skieurs au sommet d'Oukaïmeden, à 3600 m d'altitude, dans le sud marocain, pourraient presque apercevoir les premières dunes du Sahara. La plus haute station d'Afrique du Nord manque toutefois encore d'infrastructures.

Les récentes chutes de neige ont entraîné, d'après des responsables locaux, des records d'affluence à Oukaïmeden.

Les récentes chutes de neige ont entraîné, d'après des responsables locaux, des records d'affluence à Oukaïmeden. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La vue sur la plaine de Ouarzazate, la porte du désert, est impressionnante, mais le manque d'infrastructures empêche Oukaïmeden, posée au pied d'un des principaux massifs du Haut-Atlas, de rivaliser avec les stations de sports d'hiver des Alpes.

A 50 kilomètres des riads et piscines de luxe de Marrakech, la plus connue des destinations du royaume, Oukaïmeden ne manque pas d'exotisme. Cet hiver, plusieurs dizaines de centimètres de neige ont durablement recouvert ses 18 pistes, une première depuis près de 20 ans, selon les habitués.

«Nous sommes au sommet, tout près des nuages. C'est magnifique!», s'extasie Joumaïna, une touriste britannique. Oukaïmeden, une des deux seules stations de sports d'hiver du royaume avec Ifrane (Moyen-Atlas), offre aux skieurs quelque 1000 mètres de dénivelé.

«Il manque encore des infrastructures pour soutenir la comparaison avec l'Europe», reconnaît toutefois Mohamed Bennani, moniteur de ski au sein de la Fédération royale marocaine de ski et de montagne (FRMSM).

Affluence record

Les récentes chutes de neige ont entraîné, d'après des responsables locaux, des records d'affluence, avec jusqu'à 30'000 visiteurs par jour lors des premiers week-ends de l'année.

Mais, faute d'infrastructures pour les accueillir, «les gens viennent puis repartent le soir, un peu comme on va à la plage» l'été du côté de Rabat ou Casablanca, déplore Mohamed Bennani.

A ce jour, seulement trois auberges, dont une tenue par des Français d'une capacité de quinze lits, et quelques rares chalets offrent une possibilité de logement pour la nuit.

Tandis que plusieurs dizaines d'enfants s'essaient au chasse-neige, Bouzekri Attifi juge également vital cet effort de modernisation.

Ayant quitté Marrakech à l'aube avec une cinquantaine d'élèves de l'école privée qu'il dirige, il a sollicité un refuge auprès de la Fédération «afin de permettre aux enfants de prendre leur petit-déjeuner avant de se lancer sur les pistes», explique-t-il.

Parmi les autres freins au développement figurent les conditions d'accès à la station. Quand l'affluence avoisine les 5000 véhicules en week-end, la circulation peut en effet virer au cauchemar et nombre de visiteurs renoncent.

«La route est trop petite (...) et peut parfois être coupée quatre-cinq jours» du fait des chutes de neige, commente Hassan Azougagh, un autre moniteur.

Pour tenter de résoudre ce problème, les autorités de la province d'El Haouz, dont dépend Oukaïmeden, ont aménagé plusieurs parkings pour voitures et une station pour autocars. Une nouvelle route régionale a été ouverte.

Les seuls efforts de l'Etat ne sont pas suffisants pour pallier ces problèmes d'infrastructures et ne sont pas pour l'heure accompagnés d'investissements privés notables. Le seul grand projet, annoncé il y a plus de huit ans d'un montant de 1,4 milliard de dollars (1,37 milliard de francs) par le groupe émirati Emaar, est en stand by. Le groupe ne communique plus sur cet investissement.

Attirer les randonneurs

Ce faisant, Oukaïmeden peut-elle devenir une destination de choix pour le tourisme marocain, secteur vital pour l'économie du royaume qui ambitionne de doubler le nombre de visiteurs - de 10 à 20 millions - d'ici 2020?

Si les sports d'hiver, avec la location de matériel et les leçons de ski, assurent une bonne part des revenus du bourg en hiver, le chiffre d'affaires de la station, de novembre à mars, reste modeste et dépend de l'enneigement.

Conscient de ses limites, Oukaïmeden s'efforce ainsi d'attirer parallèlement les randonneurs désireux d'en découdre avec les sommets à plus de 4000 mètres, dont le célèbre Toubkal.

Avec le parapente ou encore le deltaplane, ce tourisme vert présente l'avantage de saisons plus longues, dont la période estivale, lorsque la température frôle les 45 degrés dans la plaine de Marrakech. (ats/nxp)

Créé: 09.03.2015, 10h36

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.