Mercredi 11 décembre 2019 | Dernière mise à jour 22:25

Crise migratoire Genève et Lausanne pourraient devenir des «villes refuges»

Barcelone et Madrid ont lancé ce concept il y a plusieurs mois déjà. Un réseau est en création.

Beaucoup de familles à Genève veulent accueillir des réfugiés syriens, mais le canton leur refuse les autorisations à cause de normes trop strictes.

Beaucoup de familles à Genève veulent accueillir des réfugiés syriens, mais le canton leur refuse les autorisations à cause de normes trop strictes. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le réveil des villes aura-t-il lieu? C’est en tout cas ce qu’espèrent les milieux syndicaux et ceux de la culture qui ont lancé un appel pour l’accueil de 50 000 réfugiés en Suisse en fin de semaine dernière. En quelques jours à peine, la pétition a récolté près de 4000 signatures. L’appel demande aux villes de s’annoncer comme «ville refuge». «C’est un concept qui a été lancé en Espagne par les villes de Barcelone et Madrid», explique Alessandro Pelizzari d’Unia Genève, l’un des initiateurs de l’appel.

Pour l’instant, en Suisse, aucune ville ne s’est encore annoncée. Mais le débat est lancé. Deux motions ont été déposées par le groupe Solidarités aux parlements des villes de Genève et Lausanne pour que les deux collectivités lémaniques se proclament ville refuge.

Les exécutifs sont intéressés

Et les membres des exécutifs se montrent intéressés. L’appel a d’ailleurs été signé par trois membres de l’exécutif de la ville de Genève: Sandrine Salerno, Sami Kanaan et Rémy Pagani. Ce dernier précise que «symboliquement», le concept de «ville refuge» est des plus importants: «Nous parlons de gens qui meurent en Méditerranée», rappelle-t-il. A Lausanne, Daniel Brélaz, le syndic en partance, voit aussi le concept de «ville refuge» d’un bon œil. «C’est une bonne idée, la Municipalité doit encore en débattre, mais il faudrait aller de l’avant dans ce sens», assure-t-il. Même s’il souligne de nombreuses difficultés.

Pour en savoir plus, consultez le nouveau site du Matin Dimanche, sur votre ordinateur personnel, votre tablette ou votre smartphone. L’application Le Matin Dimanche est toujours disponible sur iPad.

Créé: 02.04.2016, 22h59