Dimanche 5 juillet 2020 | Dernière mise à jour 17:47

Angleterre Il a eu 15 minutes pour dire adieu à ses proches

Darren Buttrick a témoigné de ce que l’on peut ressentir avant d’être intubé et placé sous respirateur.

Darren Buttrick après son retour de l'hôpital.

Darren Buttrick après son retour de l'hôpital. Image: Facebook

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Survivant du coronavirus, l’Anglais Darren Buttrick, 48 ans, a livré un témoignage poignant à Sky News. Ce père de trois enfants de Coven, dans le Staffordshire, montre ce qu’un patient atteint par le coronavirus qui va être intubé et placé sous respirateur peut traverser.

Sans problème de santé sous-jacent, Darren Buttrick est tombé malade le 11 mars. Forte fièvre et respiration comme «étranglée», il a été hospitalisé à Wolverhampton. Où son état s’est encore dégradé. Le personnel soignant a décidé qu’il devait être endormi, intubé et placé sous respirateurs sans tarder. Les infirmières, raconte-t-il, lui ont donné 15 minutes pour dire adieu à ses proches, au cas où il ne survivrait pas.

«Très émouvant et angoissant»

«J'avais même du mal à composer les numéros sur mon téléphone, à aller dans mes contacts, à choisir les numéros des gens, appeler la famille, appeler les amis – c'était juste horrible d'avoir à expliquer ça», se souvient-il.

«Et puis avoir à dire à ma femme Angela, mes parents, mes frères, ma sœur, ma famille, mes amis, que cela pourrait être notre dernière conversation, que je les aime, c'était très émouvant, très angoissant et je suis resté assis là à pleurer.»

Après avoir averti ceux qu’il aime, Darren Buttrick raconte avoir «supplié les médecins et les infirmières» de ne pas le laisser mourir.

«Des images avec moi pour toujours»

La suite? «Une infirmière m'a regardé dans les yeux et elle a dit: ne vous inquiétez pas, nous vous sauverons, et elle me caressait le bras.» Puis on lui a demandé de compter jusqu’à dix. «Je crois que je suis arrivé à trois, et je pensais que je ne me réveillerai peut-être plus.» Darren Buttrick s’est réveillé. Et il ne tarit pas d’éloges sur les «anges» qui ont pris soin de lui.

Physiquement, il est aujourd’hui parfaitement rétabli. Mais il reste marqué. «Voir d'autres personnes en soins intensifs pendant les deux jours où j'étais semi-conscient, entendre les machines, voir les gens allongés là avec des tuyaux, des pompes, des machines les gardant en vie, était tout simplement horrible et ce sont probablement des images qui resteront avec moi pour toujours.»

R.M.

Créé: 05.05.2020, 17h29

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.