Samedi 19 octobre 2019 | Dernière mise à jour 11:02

Grande-Bretagne Un «prédateur sadique» écope de 32 ans de prison

Un scientifique britannique, qui se surnommait «evilmind» et «666devil» sur internet, a admis avoir commis une centaine d'infractions pénales.

L'homme a reconnu les faits.

L'homme a reconnu les faits. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un scientifique britannique reconnu coupable de 137 infractions pénales commises en ligne, dont l'incitation au viol d'un enfant de quatre ans, a été condamné lundi à 32 ans de prison à Birmingham (centre).

Matthew Falder, 29 ans, qui se surnommait «evilmind» (esprit maléfique) et «666devil» (666diable), se faisait passer pour une femme, une artiste, pour approcher ses victimes et leur demander de lui envoyer des photos d'elles nues ou partiellement dénudées. Il a fait chanter un grand nombre de ses 50 victimes, qui allaient de jeunes enfants à des trentenaires, et diffusé et commenté des images dégradantes d'elles sur des sites internet, selon l'agence nationale du crime britannique (NCA). Il a aussi filmé des personnes de sa connaissance pendant qu'elles se douchaient, après avoir installé des caméras cachées dans divers endroits.

Le juge Philip Parker a décrit «une histoire de dépravation sans limite» dont les effets sur les victimes ont été «ravageurs». «Falder est un individu extrêmement manipulateur qui prenait clairement plaisir à humilier ses nombreuses victimes (...) Il ciblait délibérément des victimes jeunes et vulnérables. Au moins trois d'entre elles ont tenté de se suicider», a relevé le parquet dans un communiqué.

«Provoquer souffrance et détresse»

Le géophysicien, diplômé de la prestigieuse université de Cambridge, et employé comme chercheur postdoc à l'université de Birmingham, avait été arrêté sur son lieu de travail en juin 2017 et avait reconnu les faits.

«En trente ans de métier je n'ai jamais vu d'infractions aussi horribles, dont le seul but est de provoquer de la souffrance et de la détresse», avait commenté l'un des enquêteurs, Matt Sutton, cité par la NCA. «C'était une enquête extrêmement complexe sur un prédateur en ligne prolifique qui depuis plusieurs années croyait pouvoir échapper à la loi et exploiter sexuellement et de manière sadique des victimes vulnérables», avait-il relevé. (afp/nxp)

Créé: 19.02.2018, 15h12


Sondage

Elections fédérales: allez-vous voter?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.