Dimanche 21 octobre 2018 | Dernière mise à jour 02:35

Syrie Au moins 60'000 morts dans les prisons du régime

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, les décès sont survenus sous la torture ou en raison de mauvais traitements.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Au moins 60'000 personnes sont mortes en cinq ans sous la torture ou à cause des terribles conditions de détention dans les prisons du régime syrien, a affirmé samedi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

«Depuis mars 2011, au moins 60'000 personnes ont perdu la vie sous la torture ou en raison des mauvais traitements, notamment l'absence de médicaments et de nourriture, dans les centres de détention du régime», a indiqué le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane. Il a précisé que ce chiffre avait été obtenu auprès de sources du régime.

La plus grande prison du pays

«Le plus grand nombre de décès a été répertorié dans la prison de Saydnaya et dans les centres de détention des services de renseignements de l'armée de l'air et de la sécurité de l'État», a-t-il ajouté.

Située à 30 km au nord de Damas, la prison de Saydanaya est l'une des plus grandes du pays. L'OSDH a affirmé avoir établi une liste des noms de 14'456 morts, dont 110 enfants.

Aussi dans les prisons des djihadistes

Selon Rami Abdel Rahlmane, un demi-million de personnes sont passées dans les geôles du régime depuis le début en 2011 d'un conflit qui a fait plus de 270.000 morts et contraint des millions de personnes à fuir le pays, créant une immense crise humanitaire.

Par ailleurs, a ajouté le directeur de l'OSDH, «plusieurs milliers» de personnes ont péri durant la même période dans les prisons de groupes rebelles et djihadistes .

En février, les enquêteurs de l'ONU sur la Syrie avaient accusé le régime de Damas d'«extermination» de détenus, affirmant que les morts massives de prisonniers étaient le résultat d'une «politique d'État».

L'émissaire de l'ONU pour la Syrie Staffan de Mistura avait pour sa part annoncé la nomination d'Eva Svoboda comme chargée de la question des détenus et personnes kidnappées. (afp/nxp)

Créé: 21.05.2016, 15h25

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.