Lundi 21 août 2017 | Dernière mise à jour 10:04

Crise migratoire Frontière grecque: tentative de passage en force

Le nombre de familles de migrants bloquées côté grec s'élève désormais à plus de 6000 personnes. Des réfugiés ont tenté de forcer la barrière frontalière entre la Grèce et la Macédoine.

Près de 6000 migrants sont bloqués à la frontalière entre la Grèce et la Macédoine.

Près de 6000 migrants sont bloqués à la frontalière entre la Grèce et la Macédoine. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La police macédonienne a tiré lundi des gaz lacrymogènes contre un groupe de 300 Syriens et Irakiens, les empêchant de passer la frontière. Ces réfugiés tentaient de forcer la barrière frontalière entre la Grèce et la Macédoine au poste d'Idomeni.

Après avoir forcé un cordon policier grec, des migrants ont envahi la voie ferrée et cassé une partie de la barrière de barbelés marquant la frontière avec la Macédoine. Certains des migrants ont jeté des pierres contre la barrière et les policiers macédoniens ont riposté en tirant des gaz lacrymogènes, selon un journaliste de l'AFP.

Les migrants ont reculé tandis que de nombreux enfants souffrant des problèmes respiratoires en raison des gaz lacrymogènes, ont dû être soignés. Selon l'ONG Médecins du monde (MDM) sur place, «au moins 30 personnes ont demandé à être soignées, dont de nombreux enfants».

La situation est très tendue au poste grec d'Idoméni, où plus de 7000 migrants et réfugiés restaient bloqués lundi après des restrictions imposées par la Macédoine et des pays des Balkans et de l'UE, sur le nombre des personnes autorisées à entrer sur leurs territoire. Alors que pendant toute la journée de dimanche, la Macédoine n'avait laissé quasiment aucun migrant traverser, lundi à l'aube 300 Irakiens et Syriens ont finalement pu entrer en Macédoine.

«Plus de 7000 réfugiés sont à Idomeni, dont 40% sont des femmes et enfants», a indiqué Viki Markolefa, responsable de Médecins du Monde en soulignant que leur nombre est quatre fois plus élevé que la capacité des deux camps installés à Idoméni, où de nombreuses personnes doivent dormir dans les champs. (ats/nxp)

Créé: 29.02.2016, 12h46


Sondage

Pensez-vous qu'on vous met trop de pression au travail?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.