Dimanche 25 août 2019 | Dernière mise à jour 14:45

Migration 90% des Allemands veulent plus d'expulsions

Quelque 86% d'Allemands sont favorables à davantage d'expulsions des migrants déboutés de leur demande d'asile.

Mme Merkel est critiquée pour les conséquences de sa décision de 2015 d'ouvrir le pays à plus d'un million de migrants.

Mme Merkel est critiquée pour les conséquences de sa décision de 2015 d'ouvrir le pays à plus d'un million de migrants. Image: AFP

Galerie photo

Migrants: la crise de l'Aquarius en images

Migrants: la crise de l'Aquarius en images Les ONG SOS Méditerranée et MSF arrêtent d'exploiter le navire humanitaire Aquarius, qui cristallisait les tensions autour de la gestion de la crise migratoire par les pays européens.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Près de 90% des Allemands veulent une accélération des expulsions de migrants en situation irrégulière, selon un sondage publié vendredi. La politique migratoire divise le gouvernement la chancelière Angela Merkel sous la droite conservatrice.

Merkel critiquée

Quelque 86% d'Allemands sont favorables à l'accélération des expulsions des migrants déboutées de leur demande d'asile, selon le sondage de la chaîne publique ARD, réalisé en début de semaine, au début du conflit politique menaçant la chancelière. Et 62% des personnes interrogées considèrent que les étrangers sans papiers arrivant en Allemagne doivent être refoulés, une mesure voulue par le ministre de l'Intérieur, Horst Seehofer, et rejetée par Mme Merkel.

Mme Merkel, critiquée pour les conséquences de sa décision de 2015 d'ouvrir le pays à plus d'un million de migrants, joue son avenir politique dans un bras de fer qui l'oppose à son ministre. Ce dernier veut refouler à la frontière les demandeurs d'asile sans papiers et ceux arrivant en Allemagne bien qu'ils aient été enregistrés par un autre pays dans la base de données de l'UE.

La chancelière refuse cette mesure unilatérale et prône une solution coordonnée à l'échelle européenne lors du sommet de la fin juin. Lundi, la CSU, le parti de M. Seehofer, doit décider si le ministre imposera ses vues par décret, ce qui pourrait amener à son limogeage voire à une chute du gouvernement Merkel.

Limogeage

Après les législatives de septembre, marquées par le score historique de l'extrême droite, la chancelière a mis six mois à former une fragile coalition réunissant son parti, la CDU, les conservateurs bavarois de M. Seehofer et les sociaux-démocrates du SPD.

Le vice-chancelier Olaf Scholz, un social-démocrate, a appelé ses partenaires à mettre fin au conflit. Le président de la chambre basse du Parlement Wolfang Schäuble, ancien ministre et personnage respecté dans la classe politique, doit par ailleurs, selon des médias allemands, tenter de négocier une sortie de la crise.

M. Seehofer a par ailleurs limogé la patronne de l'Office pour les migrants et les réfugiés (Bamf), Jutta Cordt, a indiqué vendredi soir une porte-parole du ministère de l'Intérieur, dont dépend l'Office. Le Bamf était depuis plusieurs semaines au coeur d'un scandale autour du droit d'asile, l'une de ses antennes à Brême étant soupçonnée d'avoir indûment favorisé plus de 1200 demandes d'asile. La justice a ouvert une enquête pour «corruption» et «dépôt en bande organisée de demandes d'asile abusives». (ats/nxp)

Créé: 15.06.2018, 11h38

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.