Vendredi 19 avril 2019 | Dernière mise à jour 12:08

Seychelles A 120 m de profondeur, il plaide pour le climat

Le président des Seychelles a parlé depuis une capsule au fond de l'océan Indien pour sensibiliser à la protection des océans.

Le président des Seychelles Danny faure, à gauche.

Le président des Seychelles Danny faure, à gauche. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président des Seychelles Danny Faure a plaidé dimanche en faveur de la protection des océans, estimant que l'humanité «est à cours d'excuses et de temps», s'exprimant depuis un submersible par plus de 120 mètres dans l'océan Indien.

«Ce problème est plus grave que tout et nous ne pouvons pas attendre que la prochaine génération le résolve. Nous sommes à court d'excuses pour agir et nous manquons de temps», a-t-il déclaré, selon un communiqué de la présidence.

Le président des Seychelles, très engagé dans la défense de l'environnement, se trouvait à bord du navire Ocean Zephyr de la mission scientifique «Nekton Deep Ocean Exploration», qui effectue des recherches à plus de 500 mètres sous l'eau.

Le chef de l'Etat a indiqué qu'à la profondeur de 124 mètres, «il pouvait voir non seulement l'incroyable beauté de notre océan, mais aussi la nécessité urgente de la conserver. C'est un moment historique pour mon pays, les Seychelles», un archipel de quelque 115 îles, a-t-il souligné.

La mission Nekton, appuyée par plus de 40 organisations, passera sept semaines à étudier la vie sous-marine, cartographier le fond de l'océan Indien et poser des capteurs à des profondeurs allant jusqu'à 2.000 mètres dans les eaux seychelloises. Elle a déjà effectué des plongées près de la réserve d'Aldabra, inscrite au patrimoine de l'Unesco.

Les Seychelles ont prévu qu'à partir de l'année prochaine, 30% de leur superficie marine serait classée en zone protégée. Les scientifiques ont commencé leur expédition en mars et passeront deux mois à recueillir des données, notamment des échantillons d'eau, de plantes, de coraux et de planctons.

L'enquête contribuera également à alimenter les travaux d'un sommet sur l'état de l'océan Indien prévu fin de 2021. «Nekton Deep Ocean Exploration» a son siège à Oxford, en Angleterre et a récemment mené des travaux similaires aux Bermudes. (afp/nxp)

Créé: 14.04.2019, 19h48

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.