Mercredi 19 février 2020 | Dernière mise à jour 11:25

France Affaire Lambert: le docteur Sanchez relaxé

Le chef du service de soins palliatifs de l'hôpital français qui accueillait Vincent Lambert n'a pas été poursuivi, mardi.

Vincent Lambert est décédé.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le tribunal correctionnel de Reims (Marne) a relaxé mardi le docteur Vincent Sanchez, qui était poursuivi pour «non assistance à personne en danger» par les parents de Vincent Lambert, décédé le 11 juillet suite à l'arrêt de ses traitements. «Il est très probable que nous relèverons appel de cette décision», a déclaré Me Jean Paillot, l'un des avocats de Viviane et Pierre Lambert, à l'issue de l'audience.

Le tribunal de Reims a totalement suivi les réquisitions du procureur Matthieu Bourrette. Comme lui, il estime que le chef du service de soins palliatifs et de l'unité des cérébro-lésés du CHU de Reims a «parfaitement respecté ses obligations légales».

Selon le tribunal, la procédure collégiale qui a amené à l'arrêt des traitements de Vincent Lambert n'a pas porté atteinte à l'intégrité du patient qui était en état végétatif depuis plusieurs années.

Le tribunal a souligné par ailleurs que l'action des parents de Vincent Lambert n'avait «d'autres motifs que de s'opposer à la loi Leonetti-Claeys» sur la fin de vie. (afp/nxp)

Créé: 28.01.2020, 15h48

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.