Dimanche 18 août 2019 | Dernière mise à jour 12:12

Sombre bilan Au moins 162'000 personnes tuées en Irak depuis l'invasion américaine de 2003

Près de 162'000 personnes, essentiellement des civils, ont péri de mort violente en Irak depuis l'invasion américaine de mars 2003. Le pays reste pris dans un «conflit de basse intensité» qui va continuer à faire de nombreuses victimes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce lourd bilan est publié deux semaines après la fin du retrait de l'armée américaine par Iraq Body Count (IBC), une ONG internationale basée en Grande-Bretagne. Celle-ci fait également état de plus de 4000 civils morts pour la seule année 2011.

Pour établir son bilan de presque neuf années de guerre, l'IBC a croisé ses propres statistiques, consacrées aux civils, avec celles des autorités irakiennes, les pertes militaires américaines officielles et les données révélées par Wikileaks (Iraq War Logs). Sur ce total, «79% étaient des civils», souligne le rapport d'IBC..

Les 21% restant comprennent des membres des forces de l'ordre irakiennes, des soldats américains et des insurgés. Les policiers irakiens ont payé un lourd tribut avec 9019 décès, tandis que 4474 soldats américains sont morts en Irak.

Quatre victimes civils sur cinq

Les civils ont toutefois payé le plus lourd tribu avec près quatre victimes sur cinq. Bagdad a été la zone la plus touchée par les violences sur les civils, avec 2,5 fois plus de décès que la moyenne du pays, souligne IBC.

Au moins 3900 des victimes recensées sur cette période étaient des enfants. «La violence a atteint son pic fin 2006 mais est restée à un niveau élevé jusqu'au 2è semestre 2008», relève IBC.

Les derniers soldats américains ont quitté le territoire irakien dimanche 18 décembre à l'aube, anticipant de quelques jours le délai de fin 2011 convenu dans un document signé en 2008 entre Bagdad et Washington. Le Premier ministre Nouri al-Maliki a déclaré samedi le 31 décembre «Jour de l'Irak» afin de célébrer la fin de ce retrait.

Le bilan devrait s'alourdir

Il a toutefois prévenu ses compatriotes que «la période à venir n'est pas moins importante que l'étape précédente». «Notre travail vient juste de commencer», a-t-il souligné alors que le pays traverse depuis deux semaines une grave crise politique qui fait craindre à certains une résurgence des terribles violences confessionnelles des années 2006-2007.

Si le pire semble à présent passé, IBC ne se hasarde pas à parier sur une baisse des violences en Irak dans les années à venir. Selon l'organisation, 4059 civils ont été tués au cours de la seule année 2011, soit plus qu'en 2010 (3976). «Le nombre de morts civiles en Irak en 2011 est presque le même qu'en 2010.

Supérieurs aux chiffres officiels

Il n'y a pas eu de tendance sensible à la baisse depuis la mi-2009, ajoute l'IBC. Les tendances récentes montrent la persistance en Irak d'un «conflit de basse intensité» qui va continuer à tuer des civils au même rythme dans les années à venir. «Ce n'est que dans la durée qu'on saura si le retrait des forces américaines aura un effet sur le nombre de victimes», selon le rapport.

Le chiffre d'IBC est nettement plus élevé que celui publié dimanche par les autorités irakiennes. Celles-ci font état de 2645 Irakiens tués en 2011 dont 1578 civils, des chiffres en nette baisse par rapport aux années précédentes.

Le projet IBC a été lancé en janvier 2003 par des bénévoles de Grande-Bretagne et des Etats-Unis désireux de «s'assurer que les conséquences humaines de l'intervention militaire en Irak ne seraient pas négligées». (AFP/nxp)

Créé: 02.01.2012, 14h51

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.