Lundi 16 septembre 2019 | Dernière mise à jour 22:04

Aviation Boeing accuse encore une chute de ses livraisons

Les deux accidents d'avions avec le 737 MAX, qui ont fait 346 morts, continuent de peser lourdement sur la rentabilité de la compagnie aérienne américaine.

Sur le seul mois d'août, les livraisons de Boeing ont chuté d'environ 72%.

Sur le seul mois d'août, les livraisons de Boeing ont chuté d'environ 72%. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La crise du 737 MAX continue à faire des dégâts chez Boeing: le constructeur aéronautique a accusé un plongeon de 42,6% de ses livraisons sur les huit premiers mois de l'année, en raison de l'immobilisation au sol de cet avion vedette depuis mi-mars après deux accidents ayant fait 346 morts.

Le groupe de Chicago n'a livré que 276 avions civils du 1er janvier au 31 août, contre 481 appareils lors de la même période en 2018, selon un décompte publié mardi sur son site internet. Boeing se retrouve ainsi largement derrière le constructeur européen Airbus, qui a livré 500 avions civils depuis le début de l'année, dont 207 exemplaires de l'A320 Neo, le rival du 737 MAX.

Les livraisons sont un indicateur fiable de la rentabilité dans l'aéronautique, principalement parce que les compagnies aériennes paient l'intégralité du coût de l'avion au moment où elles en prennent possession.

Sur le seul mois d'août, les livraisons de Boeing ont chuté d'environ 72%, les compagnies aériennes et loueurs d'avions n'ayant réceptionné que 18 appareils sur cette période contre 64 un an plus tôt. Cette chute est due principalement à la suspension des livraisons des 737 MAX, avion qui représente la majorité du carnet de commandes de Boeing (5512 appareils).

Interdit de vol

Le 737 MAX est interdit de vol après le crash d'un appareil de ce type de la compagnie Ethiopian Airlines, le 10 mars, au sud-est d'Addis Abeba, ayant fait 157 morts.

Comme dans l'accident de Lion Air (189 morts) survenu cinq mois plus tôt, les conclusions préliminaires ont mis en cause le système anti-décrochage (MCAS) propre au MAX. Il devait permettre de donner aux pilotes les mêmes sensations que pour la génération précédente de 737, malgré une nouvelle motorisation et un comportement en vol très différent.

Boeing espère obtenir la levée de l'interdiction de vol au plus tard en octobre pour un retour dans le ciel dans la foulée. Mais des dissensions actuelles au sein des autorités de l'aviation civile mondiales pourraient bousculer ce calendrier. Les compagnies aériennes ont elles déjà retiré le MAX de leurs plans de vol jusqu'à décembre au moins.

La crise du 737 MAX s'étend également aux commandes, Boeing affichant un déficit net de 85 appareils sur les huit premiers mois de l'année, en raison d'annulations. Airbus est en revanche dans le vert, avec 95 appareils nets commandés, dont 64 A320 Neo. (ats/nxp)

Créé: 10.09.2019, 18h34

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.