Vendredi 23 août 2019 | Dernière mise à jour 06:50

compte en Suisse Cahuzac ne risque pas sa place au gouvernement

Le poste du ministre du Budget français ne sera pas remis en question tant que les accusations de compte bancaire secret en Suisse contre lui ne seront pas irréfutables, estiment les politologues.

Jérôme Cahuzac est ministre du Budget dans le gouvernement de François Hollande.

Jérôme Cahuzac est ministre du Budget dans le gouvernement de François Hollande. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La position de Jérôme Cahuzac au gouvernement paraît toujours solide et elle le restera.

Le dossier n’est "pas béton et l’image personnelle de (Jérôme) Cahuzac n’est pas si mauvaise que ça à droite. Le dossier en lui-même n’est pas très convaincant, il n’y a pas de preuve complètement établie de l’existence de ce compte", résume Jérôme Fourquet, de l’Ifop.

"On n’est pas dans un contexte où les preuves seraient accablantes, où il ne bénéficierait que du soutien du Premier ministre et du président de la République et où il devrait faire face à des attaques permanentes de la part de l’opposition qui aurait décidé de le faire tomber pour affaiblir le gouvernement", poursuit ce spécialiste.

"Tant qu’on n’aura pas de preuves claires, absolues qu’il a eu un compte, je pense que (François) Hollande voudra absolument le garder. Il faudrait vraiment qu’il y ait des progrès importants dans cette affaire pour que Hollande change et il ne le fera que s’il est contraint et forcé", renchérit Gérard Grunberg, du Centre d’études européennes de Sciences-Po.

"Maintenant, il n’est pas du tout sûr, d’abord, que ce soit vrai, ensuite, qu’on pourra le prouver", ajoute-t-il.

Gérard Grunberg relève également que Jérôme Cahuzac "est considéré comme l’un des ministres les plus sérieux, qui porte tout le projet de Hollande (...) de réduire les déficits dans les années qui viennent" et le remplacer "serait très ennuyeux" pour l’exécutif.

Ces experts insistent aussi sur la modération de l’opposition à l’égard du ministre. "C’est quelqu’un qui est réputé pour sa connaissance experte des dossiers (...) Dans les séances des questions d’actualité au gouvernement, c’est l’un des ministres les plus pugnaces", relève Frédéric Dabi, un autre politologue de l’Ifop.

Mais au-delà, "c’est lui qui serre les boulons, qui essaye de tenir les comptes. Il est un peu comme Manuel Valls aux yeux de l’électorat de droite, c’est celui qui passe le mieux à droite", commente Jérôme Fourquet.

Bien loin du "socialiste dépensier qui jetterait l’argent par les fenêtres", l’opposition lui reconnaît "un certain sérieux, un certain professionnalisme dans son action au Budget, qui est un thème très sensible pour l’électorat et les responsables de la droite", ajoute-t-il.

D’ailleurs Jean-François Copé confiait au tout début de l’affaire Cahuzac avoir pour le ministre une "estime personnelle". "Dans cet ensemble gouvernemental tellement amateur et chaotique, il est un des rares ministres dont on peut dire d’une manière unanime qu’il connaît vraiment bien les sujets dont il parle", ajoutait le numéro un de l’UMP.

Bénéfice du doute

L’ancien ministre de la Défense, le centriste Hervé Morin, déclarait aussi vouloir laisser "le bénéfice du doute" au ministre du Budget.

Les spécialistes relèvent en outre que droite et gauche confondues sont pour le moins frileuses à l’égard de Mediapart, à l’origine de l’accusation contre Jérôme Cahuzac. "La droite comme la gauche supportent assez mal l’optique de journalisme que fait Mediapart", dit Gérard Grunberg, jugeant que ce site d’information pratique davantage un journalisme engagé "anti-système" que l’investigation.

"Mediapart a laissé de mauvais souvenirs à droite", constate Jérôme Fourquet, rappelant l’affaire Bettencourt et la mise en cause de l’ancien ministre UMP Eric Woerth.

Mediapart a rendu public début décembre un enregistrement datant, selon le site, de fin 2000, dans lequel un homme présenté comme étant Jérôme Cahuzac avoue détenir un compte dans une banque suisse. Le ministre, chirurgien de profession, qui a fait fortune dans les implants capillaires, a jugé "délirantes" ces accusations et porté plainte pour diffamation. (afp/nxp)

Créé: 26.12.2012, 19h25

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.