Jeudi 19 septembre 2019 | Dernière mise à jour 03:14

Fraude Fiscale Cahuzac voulait maintenir son «train de vie»

L'ancien ministre a déclaré que sa femme n'acceptait «pas ou très mal» qu'il n'assume pas sa part des dépenses familiales.

Galerie photo

Affaire Cahuzac: les parodies

Affaire Cahuzac: les parodies La Toile s'est fait l'écho des déboires de l'ex-ministre du Budget, forcé d'avouer l'existence d'un compte à l'étranger.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'ancien ministre Jérôme Cahuzac a dit lundi au tribunal qu'il avait puisé dans ses avoirs cachés pour «maintenir le train de vie» de sa famille, à la demande en particulier de son ex-épouse, jugée elle aussi.

«Je n'ai pas assumé que mes responsabilités politiques devaient avoir comme conséquence une diminution du train de vie de ma famille», répond Jérôme Cahuzac, jugé depuis une semaine pour fraude fiscale et blanchiment, au président qui l'interroge sur un retrait en liquide - 20'800 euros selon la banque, 10'000 selon le prévenu - en septembre 2011.

«Birdie», son nom de code, se fait remettre en liquide, à Paris, cet argent prélevé sur son compte caché, passé en 2009 de Suisse à Singapour.

«Nous sommes à sept huit mois de la présidentielle», souligne le président. Le prospère chirurgien spécialiste des implants capillaires, devenu un homme qui compte au Parti socialiste, et auquel la rumeur promet déjà un ministère, n'aurait-il pas dû avoir «un frein?», veut-il savoir.

«Je ne sais pas si je vais entrer au gouvernement» en septembre 2011, se défend Jérôme Cahuzac, rappelant qu'il fallait encore que François Hollande remporte une primaire, la présidentielle, et que lui-même conserve son siège de député.

Affaire de famille?

«Je n'ai pas su lever cette contradiction entre l'homme privé et l'homme public», «j'ai voulu avoir des responsabilités (politiques) et garder mon train de vie», a dit l'ancien ministre du Budget, à l'origine du plus grand scandale politico-financier de l'ère Hollande.

«Ma femme n'acceptait pas ou en tout cas très mal que je n'assume pas la moitié des dépenses familiales», déclare aussi Jérôme Cahuzac. Il assure aussi que des 20800 euros prélevés sur son compte caché pour financer le mariage de sa fille, il n'en a reçu que 10000: une «erreur de manipulation», selon l'ex-ministre, qui met en cause l'intermédiaire chargé de la remise des fonds.

A deux sièges de lui, son ex-épouse, raidie sur sa chaise, garde le regard fixé droit devant elle. Le tribunal doit plus tard dans la journée chercher à savoir si la fraude était véritablement une affaire de famille chez les Cahuzac.

Mauvais moment

En attendant, le président a fait passer un mauvais moment à des responsables de la banque suisse Reyl, dont Jérôme Cahuzac a été client, et dont un cadre a aidé l'ancien ministre à retirer le liquide en septembre 2011.

Une erreur «extrêmement dommageable», qui a valu à ce salarié d'être «notifié», en novembre 2013, alors que le scandale avait déjà éclaté, a souligné Thomas Fontaine, qui représente Reyl et Compagnie, jugée comme personne morale.

Le président se demande si la banque genevoise avait «conscience» d'un éventuel problème autour de Jérôme Cahuzac. «Il est difficile pour une personne morale d'avoir une conscience», répond M. Fontaine.

(afp/nxp)

Créé: 12.09.2016, 12h26

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.