Samedi 25 mai 2019 | Dernière mise à jour 15:18

Environnement Catastrophes quadruplées depuis les années 70

Selon une étude du FICR, les dangers climatiques qui ont nettement augmenté à cause du réchauffement, causent aussi des exodes.

Incendies, inondations, ouragans, l'année 2018 a été mouvementée. (photo d'illustration)

Incendies, inondations, ouragans, l'année 2018 a été mouvementée. (photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le réchauffement de la planète a multiplié par quatre le nombre des catastrophes liées au climat depuis les années 70, ont relevé vendredi des humanitaires, mettant en garde contre les risques de famine et d'exode.

«Dans les années 70, nous faisions face à 80 à 100 chocs et dangers graves liés au climat» chaque année, alors que leur nombre a été d'environ 400 l'an dernier, «quatre fois plus», a déclaré Elhadj As Sy, le secrétaire général de la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), dans un entretien avec l'AFP.

S'exprimant en marge d'une conférence à Genève sur l'impact humanitaire du réchauffement, d'autres humanitaires ont également mis en garde contre les déplacements de population et les risques de famine si l'on ne parvient pas à limiter la hausse des températures.

Selon Gernot Laganda, chargé des risques de catastrophes liées au climat au Programme alimentaire mondial (PAM), si la planète se réchauffe de 2°C, il y aura 189 millions de personnes supplémentaires en insécurité alimentaire. «Et si c'est 4°C, on dépassera le milliard», a-t-il ajouté.

Il a rappelé que les chocs climatiques provoquaient déjà le déplacement de quelque 22,5 millions de personnes chaque année et avaient un impact important sur les pays en conflit, comme la Syrie, le Yémen et la République démocratique du Congo, en créant un phénomène de «cocotte-minute».

Dans un rapport publié lundi, les experts du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) ont appelé à des transformations «rapides» et «sans précédent» si l'on veut limiter le réchauffement de la planète à 1,5°C.

M. Sy a toutefois estimé qu'il n'y avait «pas de fatalité à ce que ces chocs climatiques deviennent des catastrophes», appelant à une meilleure préparation grâce à «des alertes précoces». (afp/nxp)

Créé: 12.10.2018, 19h10

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.