Lundi 25 mars 2019 | Dernière mise à jour 03:22

Etats-Unis Colis piégés: Donald Trump accuse les médias

Pour le président américain, les médias sont «en grande partie» responsables de la «colère» dans la société américaine.

Donald Trump rejette toute responsabilité dans la série de colis piégés envoyés à ses critiques.

Donald Trump rejette toute responsabilité dans la série de colis piégés envoyés à ses critiques. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Donald Trump a accusé jeudi matin les médias d'être en «grande partie» responsables de la «colère» dans la société américaine, après que plusieurs colis explosifs ont été adressés ces derniers jours à des personnalités qui lui sont hostiles.

«Une grande partie de la colère que nous voyons aujourd'hui dans notre société est causée par le traitement intentionnellement inexact et imprécis des médias traditionnels, que j'appelle les Fake News», a tweeté le président américain.

«C'est devenu si mauvais et hargneux que c'est au-delà de toute description», a-t-il ajouté. «Les médias traditionnels doivent mettre de l'ordre dans leurs affaires, VITE!»

Le milliardaire républicain avait pourtant lancé la veille un appel à l'unité après l'interception de colis suspects potentiellement explosifs notamment adressés à Hillary Clinton et Barack Obama.

«Dans des moments comme celui-ci, nous devons nous rassembler», avait-il déclaré depuis la Maison Blanche. «Les actes et les menaces de violence politique de quelque nature que ce soit n'ont pas leur place aux Etats-Unis».

Lors d'un meeting de campagne dans le Wisconsin en soirée, Donald Trump avait de nouveau condamné l'envoi de ces colis, estimant que «tout acte ou menace de violence politique est une attaque contre notre démocratie elle-même».

Mais il avait également affirmé devant ses partisans que les médias se devaient d'utiliser «un ton courtois et de cesser les hostilités sans fin et les histoires et attaques négatives constantes et souvent fausses».

«Ils doivent arrêter. Nous sommes à 13 jours d'élections très, très importantes», avait-il insisté, en référence aux législatives de mi-mandat du 6 novembre. (afp/nxp)

Créé: 25.10.2018, 14h08

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.