Mardi 19 février 2019 | Dernière mise à jour 18:18

Russie Collision en vol entre deux bombardiers russes

Un accident impliquant deux Su-34 de l'armée russe s'est produit vendredi en Extrême-Orient. Les opérations de secours s'annoncent difficiles.

(Image d'illustration) Chaque Soukhoï Su-34 comporte en principe un équipage de deux personnes.

(Image d'illustration) Chaque Soukhoï Su-34 comporte en principe un équipage de deux personnes. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux chasseurs-bombardiers Su-34 russes sont entrés en collision vendredi au cours de manoeuvres en Extrême-orient au-dessus de la mer du Japon. Une opération de secours a permis de retrouver un pilote vivant et le corps sans vie d'un autre, selon les médias russes.

Les deux avions sont entrés en collision et se sont abîmés en mer du Japon près du détroit de Tatarie, entre l'île de Sakhaline et le continent, a précisé le Comité d'enquête dans un communiqué, annonçant l'ouverture d'une enquête pour infraction aux règles du trafic aérien.

L'accident a eu lieu vers 06h00 (heure suisse) à 35 km des côtes russes, selon le ministère de la Défense, cité par les médias russes. Les militaires sont parvenus à s'éjecter. L'un d'eux a été secouru en mer et évacué dans un état «satisfaisant», a dit la même source, qui avait dans un premier temps évoqué le sauvetage de deux pilotes.

Les agences de presse russes ont par ailleurs cité le ministère de la Défense, selon lequel le corps d'un autre pilote avait été retrouvé «sans signes de vie». Le nombre des pilotes portés disparus n'a pas été précisé. Chaque Soukhoï Su-34, un chasseur-bombardier tactique, comporte en principe un équipage de deux personnes, un pilote et un navigateur.

Lourde opération

L'opération de sauvetage implique six navires, trois hélicoptères et trois avions travaillant dans «des conditions météorologiques difficiles causées par un vent fort», a précisé l'armée russe, ajoutant que l'opération se poursuivait pendant la nuit.

L'armée a assuré que l'équipement des aviateurs leur permettait en théorie de survivre au moins douze heures dans des eaux froides. Selon les autorités russes, les deux appareils ne transportaient pas de munitions. (afp/nxp)

Créé: 18.01.2019, 16h37

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.