Vendredi 14 décembre 2018 | Dernière mise à jour 13:13

Allemagne Des agents de sécurité prostituent des migrants

Des réfugiés poussés à vendre leur corps par des agents de sécurité: un reportage diffusé mardi à la TV fait scandale.

Des agents de sécurité touchent quelques dizaines d'euros en servant d'entremetteur entre migrant et client.

Des agents de sécurité touchent quelques dizaines d'euros en servant d'entremetteur entre migrant et client. Image: Capture d'écran ZDF

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des agents de sécurité travaillant dans des foyers pour migrants gérés par la mairie de Berlin ont incité des réfugiés, notamment des mineurs, à se prostituer, selon la télévision publique allemande, suscitant l'indignation du gouvernement.

«On doit prendre ces informations très au sérieux car abuser de la situation de détresse dans laquelle se trouvent de nombreux réfugiés est inacceptable», a affirmé mercredi le porte-parole de la chancelière Angela Merkel, Steffen Seibert.

«Ce serait moralement très répréhensible de contraindre quelqu'un à se prostituer», a-t-il ajouté, au lendemain de la diffusion d'une enquête de la chaîne publique ZDF. La ZDF a obtenu des témoignages de migrants et d'agents de sécurité travaillant dans un foyer pour réfugiés à Wilmersdorf, au sud-ouest de Berlin, confirmant ces agissements.

«Plus ils sont jeunes, plus c'est cher»

«On nous appelle en nous disant j'ai besoin d'une femme ou plus généralement d'un homme , notamment des jeunes. Plus ils sont jeunes, plus c'est cher», explique face caméra mais visage flouté un agent d'un foyer souhaitant «que ce système prenne fin».

Selon ses dires, ces agents de sécurité, dont la société est employée par la ville de Berlin, touchent quelques dizaines d'euros en servant d'entremetteur entre migrant et client. «Il y en a beaucoup qui se prostituent, ils ont besoin d'argent. Parmi eux, il y a des mineurs, aux alentours de 16 ans, même s'ils ne sont pas très nombreux. C'est moche mais ils n'ont pas le choix», avoue un autre agent.

Son témoignage est confirmé par Omar, un demandeur d'asile de 20 ans du foyer de Wilmersdorf qui se prostitue depuis plusieurs mois. «Un jour, un agent de sécurité est venu vers moi et m'a demandé: tu veux faire des affaires? Gagner de l'argent? Bien sûr, lui ai-je répondu. Pour l'amour avec une femme, tu reçois 30 euros, peut-être aussi 40», explique-t-il. Or la plupart de ses clients sont finalement des hommes, généralement âgés: «Que puis-je faire? J'ai besoin de cet argent mais ma famille ne doit absolument pas le savoir».

«Entre 12 et 40 ans»

«Nous n'avons pas de chiffres sur le nombre de migrants qui s'adonnent à la prostitution. On en suit une cinquantaine au sein du Tiergarten (grand parc berlinois) mais la plupart sont cachés, ou sur internet», confie à l'AFP Diana Henniges, présidente de l'association d'aide aux réfugiés «Moabit Hilft!».

«Le manque de place, la promiscuité, la détresse sociale, la dépendance à la drogue ou l'argent devant être envoyé à la famille restée dans le pays d'origine: leurs raisons de se prostituer sont multiples». Leur âge? «entre 12 et 40 ans», explique-t-elle.

En 2015, plusieurs cas de maltraitances de demandeurs d'asile dans des foyers avaient provoqué une vague d'indignation en Allemagne. Plusieurs enquêtes pour blessures corporelles visant des agents de sécurité sont toujours en cours. La ville de Berlin a été vivement critiquée en 2015 et 2016 pour son accueil déplorable des migrants arrivés par dizaines de milliers lors de la crise migratoire. (afp/nxp)

Créé: 25.10.2017, 14h55

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.