Jeudi 18 juillet 2019 | Dernière mise à jour 08:52

Bulgarie Des migrants ligotés et arrêtés par des habitants

Des civils ont arrêté des réfugiés dans une forêt à la frontière bulgaro-turque. Une action «illégale» rappellent les autorités.


Galerie photo

Migrants: la pire crise humanitaire du 21e siècle (Septembre 2015-avril 2017)

Migrants: la pire crise humanitaire du 21e siècle (Septembre 2015-avril 2017) L'Europe fait face à sa pire crise migratoire depuis la Seconde Guerre mondiale.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des défenseurs des droits de l'Homme ont exigé l'ouverture d'une enquête après la diffusion lundi en Bulgarie d'images de migrants ligotés par des civils et couchés par terre, alors que se multiplient les incidents impliquant des milices privées.

«Il s'agit des images les plus brutales d'arrestations de migrants par des civils diffusées en Bulgarie. Si de telles initiatives sont laissées sans réaction, elles vont se multiplier», s'est alarmé Krassimir Kanev, président de l'ONG Comité d'Helsinki.

Diffusée par plusieurs télévisions lundi, la séquence, filmée avec un téléphone portable, montre trois migrants, aux regards effrayés, couchés sur le ventre, les bras liés dans dos, dans une forêt à la frontière bulgaro-turque.

Action interdite

Invité à réagir par la chaîne bTV, le chef de la police frontalière Antonio Anguelov a relevé que cette action de particuliers est «au moins illégale».

Les initiatives de «justiciers» autoproclamés se livrant à la chasse aux migrants dans les régions frontalières se sont multipliées ces derniers mois en Bulgarie, un pays partageant 269 km de frontière avec la Turquie.

Dimanche, le Premier ministre Boïko Borissov avait mis en garde contre tout «dépassement de leurs droits» par ces civils.

Comportement contradictoire

Le dirigeant avait félicité quelques jours plus tôt un groupe de miliciens privés qui avaient signalé à la police une vingtaine de migrants près de la frontière bulgaro-turque, sans toutefois les molester. Ces activistes s'étaient vu décerner des certificats de mérite par M. Anguelov.

La Bulgarie, qui craint de devenir un axe majeur de transit des migrants depuis le renforcement des contrôles en Grèce, a renforcé ses patrouilles à ses frontières et a entrepris de prolonger la clôture de 95 km qu'elle a érigée à sa frontière turque.

M. Borissov a invité les riverains à faire preuve de vigilance face aux passages clandestins, tout en mettant en garde contre les débordements. «L'Etat est à nous tous, qui veut aider est le bienvenu», a-t-il déclaré. Selon une étude publiée vendredi, 60% des Bulgares considèrent les migrants comme «une menace pour la sécurité nationale».

(afp/nxp)

Créé: 11.04.2016, 13h19

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.