Lundi 24 juin 2019 | Dernière mise à jour 17:07

Népal Deux nouveaux morts sur l'Everest

Un Britannique et un Irlandais sont morts sur l'Everest, portant à dix en une semaine le nombre de victimes sur le plus haut sommet du monde.

Dix alpinistes sont morts en une semaine sur l'Everest.

Dix alpinistes sont morts en une semaine sur l'Everest. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un Britannique et un Irlandais sont morts sur l'Everest. Leur décès porte à dix en une semaine le nombre de victimes sur le plus haut sommet du monde, très fréquenté en cette haute saison, ont annoncé samedi les organisateurs d'expéditions.

L'alpiniste britannique, âgé de 44 ans, a atteint le sommet samedi matin, mais s'est effondré en redescendant, au bout de 150 mètres seulement. «Nos guides ont essayé de l'aider, mais il est mort peu après», a déclaré Murari Sharma, de l'Everest Parivar Expedition.

Sur le versant tibétain de la montagne, un Irlandais de 56 ans est mort vendredi matin, ont indiqué les organisateurs de son expédition sur leur page Facebook. L'homme avait décidé de redescendre avant d'avoir atteint la cime, mais il est mort dans sa tente au col Nord, vers 7000 mètres d'altitude.

Une victime membre d'un groupe suisse

Quatre Indiens, un Américain, un Autrichien et un Népalais sont également morts sur l'Everest depuis une semaine. Un autre Irlandais, dont le corps n'a pas été retrouvé, est présumé mort après être tombé dans une zone située près du sommet.

Une des victimes faisait partie d'une expédition suisse. Le responsable du groupe, Kari Kobler, a déclaré samedi soir lors d'une liaison avec le journal télévisé de la télévision alémanique SRF qu'il n'avait pas été possible de récupérer son corps. Le malheureux a donc été enseveli sur place dans la montagne.

Selon le site de guides de montagne Kobler et Partner, l'alpiniste est décédé jeudi sur la face nord de l'Everest, à quelque 8600 mètres d'altitude, après que le groupe a atteint le sommet.

«Zone de la mort»

La haute saison bat son plein sur la montagne de 8848 m, au point que des files d'attente d'alpinistes se forment à proximité du sommet. Ces encombrements en «zone de la mort» (altitude supérieure à 8000 m) sont désignés comme la cause d'au moins quatre des décès survenus ces derniers jours, et suscitent des craintes de voir le profit l'emporter sur la sécurité.

Cette année, le Népal a émis pour la saison de printemps le nombre record de 381 permis, à des alpinistes étrangers pour la plupart, au prix unitaire de 11'000 dollars. Chaque titulaire d'un permis étant accompagné d'un guide, cela signifie qu'environ 750 personnes s'élancent sur la même voie en quelques semaines. (ats/nxp)

Créé: 25.05.2019, 12h57


Sondage

La vague de chaleur à 40° qui s'annonce cette semaine sur la Suisse vous inquiète-t-elle?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.