Lundi 25 mars 2019 | Dernière mise à jour 15:29

Vietnam Dix ans de prison pour une blogueuse

Une femme de 37 ans a été lourdement condamnée par un tribunal dans le centre du Vietnam pour des écrits antigouvernementaux.

Nguyen Ngoc Nhu Quynh condamnée à 10 ans de prison pour propagande antiétatique.

Nguyen Ngoc Nhu Quynh condamnée à 10 ans de prison pour propagande antiétatique. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une dissidente et blogueuse vietnamienne, connue sous le nom de Me Nam ou «Mère champignon», a été condamnée jeudi à dix années de prison pour propagande antiétatique malgré une campagne internationale appelant à sa libération.

Nguyen Ngoc Nhu Quynh, 37 ans, qui s'était souvent exprimée sur son blog sur les scandales environnementaux récents et les droits de l'homme dans son pays, avait été arrêtée en octobre 2016.

Après une journée de procès à huis clos dans le centre du pays communiste, le tribunal a estimé qu'elle avait nui à l'unité nationale, érodé la confiance populaire dans le gouvernement et sapé la sécurité nationale.

Nombreux policiers autour du tribunal

Nguyen Kha Thanh, son avocat, a qualifié auprès de l'AFP la peine de «sévère» et s'est dit «mécontent du résultat» ajoutant qu'elle était susceptible de faire appel.

Avant le verdict, Quynh qui est restée calme tout au long du procès, a envoyé un message à ses deux enfants et à sa mère.

«Elle s'est excusée auprès de sa mère et des deux enfants pour les conséquences que cela a eu sur eux mais leur a dit qu'ils devaient être très fiers d'elle», a déclaré Thanh à l'AFP.

Les journalistes de l'AFP n'ont pas été autorisés à assister au procès dans la province de Khanh Hoa, mais d'après les images qui circulaient sur les réseaux sociaux de nombreux policiers avaient été placés autour du tribunal.

Avant l'ouverture des débats, Human Rights Watch avait parlé de procès «scandaleux». «Le scandale ici n'est pas ce qu'a dit Mère champignon mais le refus obstiné d'Hanoi d'abroger des lois draconiennes et abusives qui punissent la dissidence pacifique et ternissent la réputation internationale du Vietnam», a déclaré Phil Robertson, directeur adjoint de HRW en Asie, dans un communiqué mercredi.

Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l'Union européenne avaient tous appelé à la libération de Quynh.

Un autre blogueur renvoyé

Pour Le Thi Thu Hang, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères du pays, «tous les actes qui violent la loi seront sérieusement punis conformément aux lois vietnamiennes».

Quynh, dont le surnom est un jeu de mots avec son nom en vietnamien, a reçu en mars un prix international du département d'Etat américain, le «Woman of Courage Award». Le Vietnam avait alors estimé que ce n'était «pas approprié» et «pas susceptible de permettre le développement des relations entre les deux pays».

Dimanche, un blogueur dissident franco-vietnamien a été renvoyé en France après avoir été privé de sa nationalité vietnamienne et expulsé par le régime à parti unique.

Le Vietnam est un pays où les opposants sont fréquemment emprisonnés, mais Pham Minh Hoang, 62 ans, est le premier dissident de l'histoire récente à se voir retirer sa nationalité vietnamienne. (afp/nxp)

Créé: 29.06.2017, 15h27

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.