Vendredi 15 novembre 2019 | Dernière mise à jour 02:56

France Emploi: Paris veut des quotas pour les immigrés

L'immigration professionnelle sera réglementée, en France. La ministre du Travail estime qu'il s'agit de 33 000 personnes par an.

De gauche à droite, le président Emmanuel Macron et la ministre du Travail Muriel Pénicaud.

De gauche à droite, le président Emmanuel Macron et la ministre du Travail Muriel Pénicaud. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La ministre française du Travail Muriel Pénicaud a confirmé mardi que des «quotas» ou «objectifs chiffrés» d'immigrés «professionnels» seront fixés chaque année, dès l'été prochain. L'objectif est que la «France recrute» en fonction de ses besoins de travail.

«C'est la France qui recrute par rapport à ses besoins. C'est une approche nouvelle, un peu une approche qu'a le Canada et l'Australie, c'est assez proche», a-t-elle assuré sur les médias BFMTV/RMC. «L'idée, c'est d'avoir des objectifs chiffrés, ou des quotas, c'est une question de sémantique», a-t-elle dit, à la veille d'annonces officielles sur l'immigration par le premier ministre français Édouard Philippe.

Lundi soir, le chef du gouvernement français a présenté à plusieurs ministres et à des parlementaires de la majorité des mesures sur l'immigration, dont l'actualisation des filières en tension, datant de 2011.

Immigré «professionnel»

La liste sera fixée «l'été prochain, on a pour trois ou quatre mois de méthodologie», a souligné Mme Pénicaud. Et les quotas aussi seront mis en place «l'été prochain». «On va revoir cette liste chaque année [...] On commence dans quelques semaines avec les partenaires sociaux et les régions [...] On vérifie que tous les efforts de formation ont été faits pour permettre à nos demandeurs d'emploi de prendre ces emplois et ensuite les réfugiés [...], on fixera le nombre de personnes par métiers et par territoire», a-t-elle développé.

Cette immigration est «assez modeste en chiffres», a reconnu la ministre française, soulignant qu'il s'agissait de 33 000 personnes par an. Ces quotas seront fixés en fonction du pays d'origine? «Non, ça n'a aucun sens», a-t-elle répondu. L'immigré «professionnel» aura «un visa de travail pour une durée déterminée et un travail déterminé». (ats/nxp)

Créé: 05.11.2019, 11h25

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.