Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 20:00

France Emplois fictifs: Jean-Marie Le Pen mis en examen

Son immunité levée, l'ancien président du FN est poursuivi par la justice française dans l'affaire des emplois fictifs au Parlement européen.

Le cofondateur du RN (anciennement FN) a été interrogé pendant plus de quatre heures par les juges.

Le cofondateur du RN (anciennement FN) a été interrogé pendant plus de quatre heures par les juges.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux ans après sa fille Marine Le Pen, l'ex-patron du Front National Jean-Marie Le Pen a été mis en examen vendredi à Paris dans l'affaire des emplois présumés fictifs du parti d'extrême droite au Parlement européen. Il a qualifié l'affaire d'«arnaque politicienne».

Le cofondateur du FN, rebaptisé Rassemblement national (RN) sous la houlette de sa fille, a été interrogé pendant plus de quatre heures par les juges d'instruction parisiens sur les emplois de trois de ses assistants, selon ses avocats.

A l'issue de cet interrogatoire, il a été mis en examen pour «détournement de fonds publics» et «complicité de ce délit», ont annoncé ses avocats, Frédéric Joachim et François Wagner.

«Persécuter les eurosceptiques»

«C'était très long», a déclaré l'ancien dirigeant du Front national, âgé de 91 ans, qui se déplaçait à l'aide d'une canne et est apparu visiblement affaibli à la fin de l'audition.

«Les juges d'instruction posent des tas de questions relatives à une affaire que je considère comme une arnaque politicienne montée il y a plusieurs années» pour «persécuter les eurosceptiques», a dénoncé M. Le Pen, qui a siégé au Parlement européen de 1984 à 2019.

M. Le Pen «est très fatigué par tout ceci», a déclaré Me Joachim, dénonçant «une affaire de toute évidence politique voire politicienne».

«Système de détournement»

Déjà convoqué le 11 avril dans cette affaire, l'homme, qui a présidé le FN de 1972 à 2011 et en a été exclu en 2015 après des propos polémiques sur la Shoah, avait refusé de se rendre chez les juges, se considérant comme étant encore protégé par son immunité d'eurodéputé. Cette dernière avait cependant été levée par le Parlement européen, à la demande de la justice française, le 12 mars.

Les magistrats instructeurs soupçonnent le parti et ses dirigeants d'avoir mis en place «de manière concertée et délibérée» un «système de détournement» des enveloppes allouées par l'UE à chaque député pour rémunérer des collaborateurs parlementaires, afin de permettre au parti de faire des économies sur ses salaires.

Le préjudice a été estimé par le Parlement européen à près de 7 millions d'euros pour la période 2009-2017.

Autres partis aussi visés

Dans ce dossier, une vingtaine de mises en examen ont été prononcées, dont celle de Marine Le Pen. Le parti a lui aussi été mis en examen.

Le Modem (centriste) et La France Insoumise (gauche radicale) sont aussi visés par des enquêtes sur l'emploi présumé fictif d'assistants parlementaires européens. (ats/nxp)

Créé: 13.09.2019, 20h00

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.