Lundi 21 octobre 2019 | Dernière mise à jour 22:05

Scandale Cambridge Analytica Facebook a «trahi la confiance» des Européens

Les eurodéputés ont voté jeudi une résolution, qui charge Facebook, accusé d'avoir «trahi la confiance» des Européens.

Vera Jourova, commissaire européenne aux Consommateurs,  a souligné lors d'un débat en séance plénière  que «L'affaire Facebook/Cambridge Analytica a été à bien des égards un signal d'alarme pour nous tous».

Vera Jourova, commissaire européenne aux Consommateurs, a souligné lors d'un débat en séance plénière que «L'affaire Facebook/Cambridge Analytica a été à bien des égards un signal d'alarme pour nous tous». Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Facebook a «trahi la confiance» des Européens en permettant l'utilisation à leur insu de leurs données personnelles lors du scandale Cambridge Analytica, ont estimé jeudi les eurodéputés dans une résolution votée à une large majorité.

«Facebook a non seulement trahi la confiance des citoyens de l'Union, mais aussi enfreint le droit de l'Union», écrivent les élus européens dans ce texte non contraignant.

«Un audit complet et indépendant»

Les eurodéputés réclament «plus de transparence» au groupe de Menlo Park et l'invitent à autoriser deux organes de l'UE - l'Agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l'information (ENISA) et le comité européen de la protection des données - à mener «un audit complet et indépendant de sa plateforme».

«L'utilisation abusive des données à caractère personnel bafoue les droits fondamentaux de milliards de personnes dans le monde», estiment-ils.

Cette résolution parlementaire fait suite au scandale Cambridge Analytica, du nom de cette entreprise accusée d'avoir exploité à leur insu les données de dizaines de millions d'utilisateurs de Facebook à des fins politiques, notamment pour faire gagner le Brexit au Royaume-Uni et Donald Trump à la présidentielle américaine en 2016.

Risque dans des élections

«L'existence d'interférences dans les élections constitue un grand risque pour la démocratie», écrivent les eurodéputés, qui réclament l'interdiction du «profilage à des fins politiques et électorales» et une régulation des publicités politiques.

«L'affaire Facebook/Cambridge Analytica a été à bien des égards un signal d'alarme pour nous tous», avait souligné mardi lors d'un débat en séance plénière la commissaire européenne aux Consommateurs, Vera Jourova.

«Les périodes électorales sont particulièrement sujettes à la désinformation et à la manipulation par des intérêts privés ou étrangers», avait-elle ajouté, soulignant que les prochaines élections européennes en mai n'étaient «pas à l'abri de cette menace».

Mark Zuckerberg à Bruxelles

Le PDG du géant d'internet en personne, Mark Zuckerberg, s'était rendu à Bruxelles en mai pour présenter des excuses devant le Parlement européen, comme il l'avait fait devant les parlementaires américains, pour les lacunes de son réseau social.

Mais ses excuses, formulées quelques jours avant l'entrée en vigueur du Règlement européen de protection des données (RGPD), un texte européen pour protéger les données personnelles en ligne, avaient été jugées insuffisantes.

«Nous partageons les valeurs du RGPD», a réaffirmé mercredi M. Zuckerberg lors d'une intervention enregistrée, diffusée lors d'une conférence à Bruxelles sur la protection des données.

Début octobre, l'Irlande a procédé à la première application majeure du RGPD, en ouvrant une enquête après l'annonce du piratage de 50 millions de comptes Facebook. (afp/nxp)

Créé: 25.10.2018, 15h07

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.